Accueil Société

Forte affluence et bagarre: comment la Côte s’est barricadée en 24 heures

Samedi, sur une plage de Blankenberge bondée, un accrochage avec une bande de jeunes a terminé en bataille rangée avec la police. En réaction, toute la moitié nord du littoral a déclaré l’excursionniste persona non grata.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Il était tout sourire, le bourgmestre d’Ostende Bart Tommelein (Open VLD), lorsque Le Soir l’a interviewé en bras de chemise samedi à la mi-journée, sous un soleil caniculaire. A l’entendre, à ce moment-là, bien que les plages soient pleines, sa Ville gérait la forte affluence. Le gros couac connu une semaine plus tôt à la gare devait être évité : parcours fléchés pour les touristes selon leur destination de retour (Bruxelles, Anvers ou Gand), les trois plages les plus proches de la gare accessibles uniquement sur réservation… Bref, tout allait pour le mieux.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

22 Commentaires

  • Posté par Delvaux Alain, lundi 10 août 2020, 20:58

    Pénaliser tout le monde, et qui plus est les gens les plus modestes qui sinon sont enfermés dans leurs 4 murs à cause de quelques abrutis en mal de castagne , c'est complètement démago. Pourquoi ne pas simplement interdire la musique trop forte, l'alcool sur les plages et anticiper ces problèmes de regroupement à cause de la marée haute. Cette situation devient de plus en plus anxiogène et liberticide.

  • Posté par Frippiat Yves-Marie, lundi 10 août 2020, 19:38

    À lire les articles, on aurait presque l'impression que d'un incident sans grande importance de douteux leaders politiques ont tiré prétexte pour exclure toute une population financièrement peu intéressante pour leur commerce local. S'agissant du bourgmestre de Knokke, je reconnais qu'il ne fait pas grand chose pour corriger cette perception. Mais pour les autres responsables, il me semble qu'on peut leur reconnaître qu'ils ont pris les précautions que la situation leur imposait. On savait depuis le début de la crise sanitaire qu'il ne serait pas simple d'accueillir sur les lieux de villégiature du pays tous les Belges qui ne partiraient pas à l'étranger. Si, de surcroît, une canicule relativement exceptionnelle s'ajoute à l'équation, il devient évident qu'il y a des mesures à prendre eu égard, évidemment, à la problématique covid, qui ne s'est pas retirée du paysage. Il reste malheureusement que, dans les faits, ce sont très probablement les familles modestes qui sont le plus pénalisées par les mesures prises et que c'est profondément injuste. Mais pour ma part, c'est aux "hooligans" et autres casseurs patentés qui se sont distingués samedi à Blankenberge que j'impute surtout la responsabilité de cette injustice.

  • Posté par Surmont Willy, lundi 10 août 2020, 14:34

    La mer est à tout le monde! Si l'ensemble des touristes doit payer pour une vingtaine de trouble fêtes, c'est que le racisme flamand est en augmentation, alimenté en celà par l'attitude du VB et de la Nva qui le revendiquent de plus en plus fort! D'autre part, étant à Ostende la semaine passée,pourquoi accepte t'on que certains jeunes se baladent non plus avec un vulgaire transistor mais avec des baffles surdimensionnés et surpuissants!? Et on se plaindra de la gêne et des nuisances sonores que ça entraîne! C'est de la pure provocation et un manque total de savoir-vivre! Mettez tout çensemble sur une plage, et... bonjour les dégâts! Tout ça est prévisible!

  • Posté par Vary Monique, lundi 10 août 2020, 11:42

    On a fortement critiqué les pouvoirs spéciaux pris par le dirigeant hongrois pendant la pandémie, mais il faut constater qu’en terme de dictature, on a fait fort ces derniers jours. Des policiers sur les plages, dans les gares, des amendes qui pleuvent, des interdictions de circuler... La débandade actuelle est à l’image de celle qui se passe en haut lieu. Peut-être aurions-nous pu éviter certains débordements en édictant des consignes claires et pas ce flou artistique qui a permis de faire un peu n’importe quoi et du coup , éviter ces contraintes parfois contre-productives.

  • Posté par Son Ivan, lundi 10 août 2020, 10:34

    Indépendamment du problème de bagarre ou du Covid, j'aimerais savoir sur quelle base légale M. Lippens peut empêcher des résidents du pays de venir sur les plages de "sa" commune. La liberté de circulation sur le territoire est un droit fondamental, et les plages du littoral ne sont pas privées...

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs