Présidentielle en Biélorussie: Loukachenko donné vainqueur, de violentes manifestations ont fait un mort et des dizaines de blessés

Présidentielle en Biélorussie: Loukachenko donné vainqueur, de violentes manifestations ont fait un mort et des dizaines de blessés

La commission électorale du Belarus a déclaré l’actuel chef de l’État Alexandre Loukachenko vainqueur des élections présidentielles. Le président de 65 ans a remporté 80,23 % des voix, a annoncé lundi à Minsk la présidente de la Commission, Lilija Yermoschina.

L’opposante de Loukachenko, Svetlana Tichanovskaya, a obtenu 9,9 % des voix. Elle a déjà annoncé qu’elle ne reconnaîtrait pas une défaite.

Ce serait le sixième mandat de Loukachenko. Le président depuis 1994 devait faire face à beaucoup d’opposants lui rendant la tâche difficile lors de ces élections présidentielles.

Un homme est mort et des dizaines d’autres personnes ont été blessées à Minsk lors de protestations dimanche soir contre les résultats de l’élection, selon l’ONG Viasna de défense des droits humains.

« Un jeune homme a subi un traumatisme crânien mortel après avoir été heurté par un véhicule » des forces de l’ordre lors de manifestations dans le centre de la capitale, a indiqué lundi l’ONG Viasna dans un communiqué, précisant que des « dizaines » de personnes blessées lors des heurts se trouvaient actuellement dans des hôpitaux de Minsk.

Par ailleurs, plus de 200 personnes ont été arrêtées au cours de la répression de manifestations nocturnes contre le pouvoir, a indiqué lundi l’ONG bélarusse Viasna de défense des droits humains.

Au moins 110 personnes ont été interpellées dans la capitale Minsk, près de bureaux de vote ou lors d’actions de protestation, selon le bilan publié par Viasna sur la messagerie Telegram. Des arrestations ont également eu lieu dans au moins 10 autres villes du pays, d’après Viasna.

Poutine félicite Loukachenko pour sa réélection

Vladimir Poutine a envoyé lundi un « télégramme de félicitations » à son homologue bélarusse, pour sa réélection à la tête du pays.

« Je compte sur le fait que votre action à la tête de l’Etat va permettre le développement futur de relations russo-bélarusses mutuellement avantageuses », a écrit le président russe, selon le Kremlin, alors que M. Loukachenko a accusé ces dernières semaines son allié traditionnel russe de vouloir vassaliser son pays, de soutenir l’opposition et de chercher à le déstabiliser.

Réactions européennes

Par la voix du porte-parole de la chancelière allemande Angela Merkel, l’Allemagne a exprimé de « sérieux doutes » sur le déroulement de l’élection présidentielle. « Les critères démocratiques minimums pour une élection n’ont pas été remplis » par l’exécutif du Bélarus, a-t-il estimé. Le gouvernement allemand a par ailleurs condamné « l’usage de la force contre des manifestants pacifiques à Minsk et dans d’autres villes du pays ».

La Pologne a-elle appelé lundi à un sommet extraordinaire de l’Union européenne sur la situation au Bélarus. De son côté Charles Michel, président du Conseil européen a tweeté : « La violence contre les manifestants n’est pas la solution. La liberté d’expression, la liberté de se réunir, et les droits humains fondamentaux doivent être respectés ».

Sur le même sujet
Élections nationales
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous