Accueil Belgique Politique

Négociations fédérales: De Wever et Magnette relancent les verts avec une nouvelle note de travail

Les préformateurs rencontreront Ecolo et Groen mercredi. A bonnes sources, on nous dit que les préformateurs ont modifié leur note de travail, afin de rencontrer les préoccupations exprimées par les verts il y a une semaine, lors d’une première réunion improductive. Suspense.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Bart De Wever et Paul Magnette ne désespèrent pas, écrivions-nous, de parvenir à lancer des négociations en bonne et due forme visant à rédiger un accord de gouvernement fédéral. En l’occurrence, ils ne désespèrent pas de voir les verts s’asseoir à la table. C’est l’information obtenue à bonnes sources : les préformateurs recevront les délégations d’Ecolo et de Groen mercredi, et, nous dit-on, ont « modifié sensiblement » leur note de travail dans cette perspective. Message : le duo travaille bel et bien à tenter d’attirer les verts dans l’aventure, aux côtés des cinq formations partantes d’ores et déjà, à savoir le PS, la N-VA, le SP.A, le CD&V et CDH.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

30 Commentaires

  • Posté par DOMINIQUE SCHOLLAERT, mercredi 12 août 2020, 0:01

    L'important est que le MR soit out ! Quant au CDH....il doit, s'il souhaite redevenir un parti politique qui compte, réaffirmer déjà dans sa dénomination, non la renier, son identité démocrate chrétienne....

  • Posté par Deckers Björn, mercredi 12 août 2020, 6:15

    C'est oublié que c'est justement parce que le PSC était lui même en perdition à chaque élection que les pontes du parti ont décidé de franchir une étape en déconfessionalisant le nom du parti. Le problème par contre, c'est que le Cdh est resté le cul entre deux chaises. Officiellement, le parti n'est plus catholique, mais il défend les réseaux chrétiens (mutuelle, syndicats, enseignements). Mais revenir à une identification chrétienne serait une erreur. Pour rappel, lorsque le PSC s'est rebaptisé Cdh, des membres du parti rebelles créait le CDF (Chrétiens démocrates francophones). Ce parti ne devait même pas résister à son premier baptême électoral. La sécularisation de la société est massive. Il n'y aura plus de retour en arrière. A l'avenir, au centre, il peut y avoir une place pour Défi (Démocrates laïques) ou par exemple pour un "En Marche" francophone. Le parti chrétien démocrate, c'est déjà de l'Histoire ancienne. Ce n'est plus qu'une question de temps.

  • Posté par Delors Raymond, mardi 11 août 2020, 21:07

    Ce serait bien de rappeler que parmi les 5, le cdh Prévot dit «Nous n’avons donc encore rien pu négocier ni même valider», «Evitons donc des assimilations hâtives en donnant l’impression que nous avons déjà validé un quelconque contenu, y compris institutionnel» En gros ils sont au même point que les Ecolos et les Libéraux, pas près de nous vendre à dewever

  • Posté par Deckers Björn, mardi 11 août 2020, 21:53

    Vous avez raison, restons prudent. A la lecture de ce commentaire, rien ne semblerait acquis. Cela dit, il peut y avoir une autre interprétation de la déclaration de Maxime Prévot. Je note que ce n'est pas la première fois qu'il se distingue et laisse entendre qu'il est sur le pas de la porte aussi près de la sortie que de l'entrée. Il le faisait également au moment où les trois mages tentaient une coalition "Arizona". Vous noterez par ailleurs, que ni le SP.A ni le CD&V ne corroborent les propos de Maxime Prévot. Il faut voir qu'en cas d'arrivée des libéraux ou des écologistes en famille, le Cdh sera en trop dans la majorité. Hors, le Cdh aurait un pied dedans au fédéral, un pied dehors aux régions, la situation la moins confortable pour un parti qui aurait souhaité profiter d'une cure d'opposition pour tenter une ultime refondation après l'échec de l'opération PSC/Cdh. Maxime Prévot peut tout aussi bien annoncer qu'une fois qu'il y aurait une majorité autour de la table, il quitterait la table. Si en plus ce parti belgicain peut le faire en dénonçant les affreux projets pré-séparatistes de la nouvelle majorité, c'est bonus.

  • Posté par Bricourt Noela, mardi 11 août 2020, 20:12

    Il faudra une génération pour réparer.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs