Rennes, l’autre grand gagnant de la soirée d’Europa League: les Bretons assurés de découvrir la Ligue des champions

@News
@News

Les planètes se sont parfaitement alignées pour les Bretons, 3es de Ligue 1, qui devaient théoriquement passer deux tours préliminaires incertains en septembre.

Mais selon le règlement de l’UEFA, le club français pouvait être exempté de ces confrontations incertaines en récupérant la place réservée au vainqueur de la Ligue Europa si ce dernier était déjà qualifié.

Or, les quatre clubs encore en lice en C3 -- l’Inter Milan et Manchester United qualifiés lundi soir, Séville et le Shakhtar Donetsk qualifiés mardi soir -- ont déjà obtenu leur billet dans leur championnat national.

Ces quatre habitués des phases finales de coupes européennes font donc le bonheur des Bretons, qui disputeront à partir du 20 octobre la prestigieuse et lucrative phase de groupes de la C1, au côté du Paris SG, de Marseille, et éventuellement de Lyon en cas d’improbable victoire des « Gones » en finale de la Ligue des champions, fin août.

En Ligue Europa, les trois billets français sont revenus à Lille et Nice, directement qualifiés pour la phase de groupes, et à Reims, qui devra passer par le deuxième tour de qualification prévu le 17 septembre, puis par le troisième une semaine plus tard, avant un barrage prévu le 1er octobre, tous à huis clos et en match unique.

Mais à l’heure de découvrir l’élite du football européen, Rennes ne présente pour l’instant qu’un bilan mitigé sur la scène continentale.

Ses deux premières incursions en 1969 et 1971, années de ses premières Coupes de France, ont été marquées par deux éliminations au 1er tour en Coupe des Coupes.

Beaucoup de flops

Un quart de siècle plus tard, retour sur la scène européenne avec la Coupe Intertoto (1996, 1999 et 2001), avec plusieurs éliminations sans gloire mais aussi une finale perdue contre la Juventus Turin au printemps 2000.

Même dualité en Coupe de l’UEFA/Ligue Europa, où Rennes a certes atteint les 8es de finale en 2018-2019 en butant sur Arsenal après avoir éliminé le Betis Séville, mais où les Rouge et Noir ont fini bons derniers de leur groupe en 2005, en 2008, en 2012… et à l’automne dernier.

Toutefois, le club a changé de dimension. Son triumvirat composé de Nicolas Holveck, nouveau président, Florian Maurice, nouveau directeur technique débauché de l’Olympique lyonnais, et Julien Stéphan, l’entraîneur fétiche, affiche désormais ses ambitions.

« Le mercato est à peine commencé », a d’ailleurs rappelé Stéphan samedi.

Si elle est susceptible d’attirer des pointures en Bretagne, la garantie de six matches de Ligue des champions à l’automne pourrait d’abord aider le club à garder ses bons éléments, à commencer par le jeune Eduardo Camavinga, que la presse dit activement courtisé par le Real Madrid.

Alors que le champion du monde Steven Nzonzi, arrivé en janvier, semble prendre toujours plus d’assurance, son association avec le jeune prodige est particulièrement prometteuse en milieu de terrain.

Dans les autres secteurs, la fin du feuilleton OM pour Mbaye Niang et l’arrivée de Martin Terrier ont déjà commencé à renforcer l’attaque, tandis que la défense reste en chantier.

Fin juin, Nicolas Holveck avait promis « un recrutement ambitieux ». Il en a désormais les moyens et l’obligation.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Photo News

    Par Guillaume Raedts

    Anderlecht

    Anderlecht: les latéraux font presque l’unanimité

  • Lors d’un hommage à Nice, où il a entraîné les Aiglons de l’OGC à la fin des années 90.

    Par Philippe Gerday

    Standard

    Silvester Takac (ex-Standard): «Vojvodina, c’est ma deuxième famille»

  • Photo News

    Par Sébastien Huzler

    Mouscron

    Excel Mouscron: un fameux contraste par rapport au premier partenariat avec Lille

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous