Accueil Société

Coronavirus: comment convaincre quand la crise n’en finit pas?

Le fédéral lance une nouvelle campagne de communication basée sur de (très) courts témoignages auxquels les Belges doivent pouvoir s’identifier. La recherche d’adhésion aux mesures s’avère particulièrement ardue dans une crise longue, complexe et incertaine.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 6 min

Un deuxième été sans festival, c’est juste pas possible. » Alors que la réticence présumée des jeunes adultes ne cesse d’être pointée ces dernières semaines comme d’une des causes de la reprise de la pandémie, la nouvelle campagne de communication du fédéral tente tant que possible de parler à ce public dont on peine à saisir pleinement les motivations (mésinformation ? rébellion ? désintérêt ?). Plus question ici d’insister lourdement sur les gestes barrières présentés dans la précédente campagne – « Partagez les bons réflexes, pas le virus » –, les communicants, sur recommandation des experts du Gees, ont cette fois-ci mis l’humain au centre avec neuf témoins donnant chacun « leur » raison d’adhérer. Et si l’argument massue de la festivalière ne prend pas, « reprendre ma grand-mère dans les bras » trouvera peut-être un écho.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

29 Commentaires

  • Posté par mauroy charles, mercredi 12 août 2020, 15:31

    Ces communicants sont aussi cons que ceux qui ont fait appel à leurs services. Dans toutes sociétés ont sait qu'on a qu'une seule et la meilleure chance de convaincre, c'est la première fois. Le gouvernement a raté la première et les vingts autres suivantes...plus la peine c'est FOUTU. Mais ça va coûter combien ?

  • Posté par Raspe Eric, mercredi 12 août 2020, 15:23

    S'il y a bien une dictature qui transparaît de ce forum, c'est celle de l'égoïsme-roi.

  • Posté par Petitjean Marie-rose, mercredi 12 août 2020, 17:35

    C'est vrai que découvrir tous ces commentaires en une fois donne l'impression d'une sorte de délire, chacun alimentant celui de l'autre. Port du masque et dictature : on se monte un peu le bourrichon, non ? Tous ces "résistants" à la "dictature" qui s'installe croient-ils vraiment qu'ils pourraient donner ainsi leur avis sous un régime dictatorial ?

  • Posté par VAN HOOSTE Christian, mercredi 12 août 2020, 14:59

    " Toute l'histoire du contrôle sur le peuple se résume à cela : isoler les gens les uns des autres, parce que si on peut les maintenir isolés assez longtemps, on peut leur faire croire n'importe quoi. " Noam CHOMSKY in " Comprendre le pouvoir, deuxième mouvement, 1993 ".

  • Posté par Stephane Malec, mercredi 12 août 2020, 13:41

    Et si on laissait tout le monde décider de son sort de faire ses bulles ou pas de s'isoler ou pas, dr porter le masque ou pas, de voyager ou pas, d'attraper le virus ou pas, au final il y a des structures de soins pour accueillir tout le monde et si pas on oeux les étendre.... Laissons les gens prendre les risques qui semblent raisonnable pour eux.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Plongée dans l’enfer des prostituées trans au quartier Yser

L’ASBL Alias sort une enquête et un court-métrage sur la situation des prostituées trans dans le quartier Yser. Détresse, survie et danger sont les maîtres mots de celles qui, souvent, n’entrevoient pas d’autre choix que de se prostituer.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs