Espagne, France, Allemagne: inquiétudes en Europe au sujet d’une seconde vague

Espagne, France, Allemagne: inquiétudes en Europe au sujet d’une seconde vague
AFP

De Madrid à Paris en passant par la Nouvelle Zélande, le Bouthan et Sarajevo, l’inquiétude grandit concernant une possible seconde vague de l’épidémie de coronavirus, poussant de nombreuses capitales à tirer la sonnette d’alarme et à muscler leurs mesures sanitaires. « Je le dis avec une forme de gravité : si nous ne réagissons pas collectivement, nous nous exposons à un risque élevé de reprise épidémique qui sera difficile à contrôler », a ainsi prévenu le Premier ministre français Jean Castex.

Au cours des dernières 24 heures, le nombre de personnes diagnostiquées positives au virus a augmenté de 785 nouveaux cas en France. En tout 10.800 nouveaux cas ont été enregistrés en une semaine. Même inquiétude en Espagne qui affiche les pires chiffres de contagion d’Europe occidentale – 4.923 nouveaux cas quotidiens en moyenne enregistrés durant les sept derniers jours – et où la situation est jugée « critique ». « Nous sommes juste au point où les choses peuvent s’améliorer ou empirer (…) cela implique de faire tout notre possible et d’essayer de freiner les foyers avant qu’ils ne s’aggravent », a déclaré à l’AFP Salvador Macip, professeur en sciences de la santé à l’Université ouverte de Barcelone.

Le nombre de nouvelles contaminations au coronavirus a atteint son plus haut niveau depuis le mois de mai en Allemagne. L’Institut Robert Koch a en effet enregistré 1.226 nouvelles infections en une journée. « C’est préoccupant, sans aucun doute », a souligné Jens Spahn, le ministre allemand de la Santé sur les ondes de la radio Deutschlandfunk.

Outre-Manche, l’heure n’est pas non plus à la sérénité et la rentrée scolaire s’annonce délicate au Royaume-Uni, pays le plus endeuillé en Europe avec plus de 46.000 morts. « J’ai l’impression que dans peu de temps, il y aura une autre épidémie et qu’on sera tous renvoyés chez nous », confie Alex Bisset, un lycéen de 17 ans à Kelso (sud-est de l’Ecosse).

Dans les Balkans, quelque 500 habitants de Sarajevo ont quant à eux appelé à une réaction « urgente » des autorités pour freiner la propagation du virus.

1.100 nouveaux décès aux Etats-Unis

En Nouvelle-Zélande, la Première ministre Jacinda Ardern a annoncé mercredi le confinement des maisons de retraite du pays et n’a pas exclu de reporter les élections de septembre. Mardi, elle avait ordonné le reconfinement pour trois jours et à partir de mercredi midi de la plus grande ville de son pays, Auckland, après l’apparition pour la première fois depuis 102 jours de cas de coronavirus transmis localement.

Quant au Bhoutan, petit royaume enclavé entre l’Inde et la Chine, il a ordonné mardi pour la première fois le confinement de sa population après le test positif d’une Bhoutanaise de retour du Koweït.

Cette inquiétude grandissante tranche avec les scènes observées ces derniers jours à Wuhan, dans le centre de la Chine, où est apparu le virus en décembre, avec des jeunes qui se déhanchent lors d’une fête techno, des stands de nourriture pris d’assaut et des embouteillages omniprésents.

Au total, selon le dernier bilan établi par l’AFP mardi, l’épidémie de coronavirus a fait au moins 736.828 morts dans le monde et contaminé plus de 20.122.700 cas d’infection depuis son apparition en décembre. Aux Etats-Unis, pays le plus touché au monde en valeur absolue avec 164.480 décès, plus de 53.000 nouvelles infections et 1.100 morts ont été déplorés en 24 heures, selon le comptage publié mardi soir par l’université Johns Hopkins.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous