Accueil Société

«Le virus de l’amour»: Laurence et Nicolas, justiciers de l’amour

Série d’été. Ils ont décidé de maintenir leur mariage civil, le 16 mai. Et pour ne pas faire de choix impossible entre famille et témoins, ils se sont unis devant le bourgmestre juste à deux. « L’amour n’est pas annulé, juste la fête », aime répéter Laurence.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Le lundi 9 mars, Laurence et Nicolas postent les faire-part de leur mariage, prévu le 16 mai. « Chic & baskets » : c’est le thème choisi par ces futurs mariés décontractés, et soucieux que le bien-être plantaire de leurs invités (invitées surtout : exit les talons hauts !) leur permette de fouler le dancefloor jusqu’au bout de la nuit. Le jeudi qui suit, comme toute la population belge, le couple découvre les mesures drastiques du confinement belge, énoncées par la Première ministre lors de cette désormais fameuse conférence de presse tardive. O rage, ô désespoir ? Pas exactement. « En fait, on l’a plutôt bien pris, relativise Laurence. On était à la bourre pour les préparatifs, donc ça nous a soulagés. Et comme on finance seul notre mariage, on s’est dit que cela nous laisserait plus de temps pour mettre de l’argent de côté ! »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs