Principal poste dans les investissements bruxellois, le métro 3, en cours de construction.
10942812-007
BELGIUM CORONAVIRUS CODECO
Est-il censé d’établir des mesures différenciées à l’échelle d’un si petit pays? Les experts reconnaissent que la manoeuvre est avant tout politique, mais se comprend.
Si son parti, l’Open VLD, ne progresse pas, Alexander De Croo reste la personnalité politique la plus populaire en Flandre.
Parmi les (possibles) raisons de la baisse du PS: la relative discrétion du président Paul Magnette sur la scène politico-médiatique.
Alain Maron, ministre Ecolo, et Rudi Vervoort, ministre-président PS. Officiellement, la concurrence entre les deux partis ne paralyse pas le fonctionnement du gouvernement.
d-20210826-GPFAYX 2021-08-26 22_51_22
d-20210217-GLC3LN 2021-08-30 21_04_39
d-20210719-GNVF4U 2021-07-19 18_06_09
d-20210908-GPNNNF 2021-09-08 21_35_04
10942779-024
Les émissions de gaz à effet de serre vont à nouveau alimenter les débats.
PHOTONEWS_10930081-034
«Les citoyens reprennent confiance, ils recommencent à consommer, il faut stimuler cette reprise ».
Le vice-Premier ministre Ecolo Georges Gilkinet.
Le choix de la rédaction
  1. Les trois têtes de liste ont été choisies à contrecœur, par défaut ou pour des questions d’ambition personnelle.

    Elections allemandes: pourquoi Merkel pourrait rester chancelière jusqu’à Noël

  2. Captures d’écran des chaînes Telegram de propagande. «Le Soir» a volontairement effacé les noms de chaîne et hashtags présents sur ces images.

    Sur les chaînes Telegram de Daesh, les appels répétés à «libérer les sœurs»

  3. Alexandria Ocasio-Cortez a dû avaler des couleuvres pour ne pas torpiller son avenir politique.

    Les Démocrates américains se déchirent autour d’Israël

La chronique
  • «La casa de Babel», la chronique européenne du «Soir»: une certaine conception de la communication non violente

    C’est le moment de l’année où le discours européen, généralement austère et technique, est le plus lisible : le discours sur l’état de l’Union. Il y a quelques jours, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, y a fixé les orientations politiques de l’année à venir. On ne parle pas encore d’une rediffusion sur écrans géants dans tous les cafés du continent, mais c’est une allocution plutôt suivie au niveau national. Et pourtant, quand on regarde comment ses mots ont été interprétés dans chaque pays, il saute aux yeux que les Européens n’étaient pas tous dans la même pièce pour l’écouter.

    Une couverture médiatique, une ambiance

    La Commission scrute avec attention ce qui se dit dans la presse des 27 via une revue de presse très exhaustive. On y constate que quand la présidente exprime de l’inquiétude pour une possible « pandémie des non-vaccinés », les Bulgares se sentent personnellement visés...

    Lire la suite

  • Allemagne: tout change pour que rien ne change?

    Une chancelière toute-puissante qui tire sa révérence après 16 ans d’une popularité unique, la dirigeante d’une des économies les plus fortes du monde et de la première puissance d’Europe qui quitte la scène : ce devrait être un coup de tonnerre et, au minimum, un énorme « stress test » dans le ciel allemand et donc européen.

    Et pourtant il y a une forte probabilité que rien ne change radicalement...

    Lire la suite