FILES-BELGIUM-EU-POLITICS
POLITICS WALLOON PARLIAMENT OATH NEW GOVERNMENT
POLITICS NEW WALLOON GOVERNMENT PARTICIPATION CONGRES MR
A Bruxelles et en Wallonie, l’informateur royal Johan Vande Lanotte se place dans le top 5 des hommes politiques appréciés de la population.
d-20190405-3T6Q2C 2019-09-11 22:37:52
Elio Di Rupo s’est entouré de quadras, Christie Morreale (42) et Pierre-Yves Dermagne (38 ans).
Elio Di Rupo reste président de parti, le temps d’organiser l’élection présidentielle. Paul Magnette pourra alors prendre le relais.
Alain Maron (Ecolo) peut avoir le sourire
: l’écart se creuse légèrement entre son parti et son poursuivant, le PS, depuis mai dernier.
L’écart s’est considérablement resserré en Wallonie, entre le PS d’elio Di Rupo et le MR de Willy Borsus.
«
Oui, je suis devant
!
», semble dire Tom Van Grieken (VB) à Bart de Wever (N-VA). Notre sondage le confirme. Une première en Flandre.
d-20190526-3U53X8 2019-08-01 20:27:03
Jean-Claude Marcourt
Entre Manu Disabato (notre photo) et Philippe Henry, le duel a été rude. Les Liégeois se sont faits entendre.
De gauche à droite, Jean-Luc Crucke (MR), Céline Tellier (Ecolo), Philippe Henri (Ecolo), Elio Di Rupo (PS), Willy Borsus (MR), Christie Morreale (PS), Pierre-Yves Dermagne (PS) et Valérie De Bue (MR).
Pierre Dherte (ici sur scène face à José Van Dam)
: «
On attend de voir ce qu’ils vont budgétiser pour concrétiser cela.
»
Elio Di Rupo
Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Trump et la diplomatie du «deux poids deux mesures»

    Trump, s.v.p., sauvez Hong Kong », clament les protestataires de « la perle de l’Orient ». «Nous sommes derrière vous à 100%», déclare le vice-président américain Mike Pence au leader de l’opposition vénézuélienne Juan Guaido. Pour ceux qui combattent des régimes autoritaires, la tentation d’accepter de l’aide « d’où qu’elle vienne » est inévitable, mais le pari est risqué, car l’appui d’une puissance controversée, comme aujourd’hui l’Amérique de Donald Trump, peut compromettre ou contredire les valeurs de liberté et de patriotisme dont ils se réclament.

    Dans les pays qui ont été marqués par les ingérences étrangères, il ne faut jamais sous-estimer la force du ressentiment nationaliste, qui offre à leurs dirigeants un moyen de discréditer...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite