Accueil La Une Économie

Droit passerelle: l’Inasti renforce les contrôles

Les suspicions de fraudes liées au droit passerelle ont largement occupé les enquêteurs de l’Inasti, qui ont vu leur charge de travail doubler depuis le début de la crise. Un dossier sur cinq soumis à enquête se révèle frauduleux.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

C’était en mai dernier. Le journal De Tjid rapportait sur base d’un sondage que de nombreux indépendants et entrepreneurs auraient fait un usage abusif des aides mises à disposition dans le cadre de la crise. Une affirmation qui avait vivement fait réagir Denis Ducarme (MR), le ministre des Indépendants, qui avait exprimé son « dégoût », face à ce qu’il qualifiait de « caricatures ».

Aujourd’hui, force est de constater que les contrôles envers les indépendants ont été renforcés. Et notamment en dernière ligne, au sein de la direction « concurrence loyale » (ECL) de l’Institut national d’assurances sociales pour travailleurs indépendants (Inasti), où la charge de travail a doublé depuis le début du confinement. « On ne peut pas parler en nombre de dossiers car ce ne serait pas significatif, mais on peut dire que nous avons 50 % de travail en plus », confirme Muriel Galerin, conseillère générale à l’ECL.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Desmet Marc, jeudi 13 août 2020, 15:01

    M'enfin!!!!... Denis Ducarme joue la vierge effarouchée, alors que c'est son parti le MR qui défend de puis des décennies les entreprises et indépendants fraudeurs viscéraux. Le pays est gangrené par la fraude fiscale (et toutes les autres). Des millions de travailleurs paient leurs impôts, et l'IPP sait mieux qu'eux ce qu'ils ont gagné dans l'année. Par contre il y a TOUS les autres, ceux qui ont des revenus irréguliers donc incontrôlables... Pour un chômeur on compte les chaussures du placard ou les brosses à dent de la salle de bain, mais on laisse des indépendants "pensionnés" continuer à faire de belles journées nettes d'impôts. Sans parler des étudiants qu'on fait trimer à peu de frais, dont on ne déclare que 50% (et encore) des prestations.... et le gamin est si mal payé qu'il fait beaucoup d'heures (11heures sur une journée)... Si nous payons tant d'impôts, et si la TVA est si haute, c'est par ce que d'autres ne paient pas leurs impôts sur leurs revenus réels.

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs