Pendant tout le week-end, les opérations de plantation se sont poursuivies, elles se répéteront ensuite chaque année.
Le haut-fourneau nº4 de Carsid à Charleroi est inscrit sur la liste de sauvegarde du patrimoine wallon. Mais au-delà du 19 mars, son sort n’est pas encore scellé.
B9722209897Z.1_20200113133808_000+GKDF9HLOT.1-0
Shujaat Yawary, 40 ans, et Kauhsar Hussain, 38 ans, ont quitté leur domicile situé rue de la station à Carnières en laissant derrière eux leur six enfants.
Le repas du Lundi perdu est particulièrement festif, tel un réveillon.
La travail social de Thierry Wenes passe par le camping Val Treko à Fosses-la-Ville.
A 59 ans, Jean-Pierre De Rycke dit ne pas avoir d’autres choix que de s’expatrier pour retrouver un boulot.
Luc Dussoulier et Serge Hustache lancent «
Hémisphère Gauche
», un débat d’idées au sein des progressistes.
Les trams M1 et M2 ont repris du service.
L’ISPPC se dit victime d’une imposture.
Le marché de Charleroi attire chaque semaine des milliers de clients.
Le rapprochement avec Chimay serait stratégique pour l’ISPPC.
Le faux ingénieur directeur à l’ISPPC est toujours en fonction.
BRUGELETTE, reportage sur la fermeture de pairi daiza dernier jo
REDACTION, LE SOIR, PHOTO: DOMINIQUE RODENBACH / LE SOIR
Chris Viceroy a acquis son expérience en marketing et en communication dans des domaines variés.
Le choix de la rédaction
  1. Cloîtrée à Windsor depuis le début de la pandémie, la reine doit se sentir très seule après la disparition de la seule personne qui pouvait lui parler franchement, sans ambages, ni flagornerie.

    Le décès du prince Philip fera-t-il prendre un virage décisif à la monarchie britannique?

  2. «Agilité et flexibilité: ce sont mes mots clés. Ils me servent tous les jours», affirme Inge Neven.

    Inge Neven: «On doit réfléchir à tester certains assouplissements»

  3. d-20210330-GLZ62L 2021-04-08 15_55_51

    Vaccination en Belgique: les disparités Nord-Sud se creusent

La chronique
  • Coronavirus – «La vie en pause, jour 395: le fermier»

    Vendredi il s’est passé un truc incroyable.

    On avait besoin d’air, de légèreté, de douceur, de s’éloigner des thromboses atypiques et du sofagate, de voir des lapins, des fleurs, des arbres et des petits oiseaux. Direction : la campagne.

    Le premier être humain qu’on croise est un chasseur. Treillis, ABL, fusil à deux coups sur l’épaule, il nous lâche un bonjour tranquille comme la conscience de mère Teresa – qu’elle repose en paix – tirant sur des pigeons en argile. On aurait dû rebrousser chemin. C’était un signe.

    Il sort d’un champ attenant à une ferme immense, une ferme sombre et refermée sur elle-même, avec des murs comme des montagnes, d’énormes silos rouillés et des bâches fantomatiques secouées par le vent. Une ferme comme le motel de Norman Bates : flippante.

    On presse le pas quand, d’un coup, diable jailli d’une boîte, un fermier qui a la tête du père de François Damiens – ou, plus probablement, qui a la tête de François Damiens vieux, parce que son...

    Lire la suite

  • Il faut repenser la société du covid

    Le Théâtre royal flamand de Bruxelles accueillera à partir du 26 avril cinquante spectateurs par soirée, qu’importent les mesures sanitaires alors en vigueur. De leur côté, plusieurs restaurateurs ont annoncé qu’ils serviront à table dès le 1er mai, même si la réouverture de l’horeca est postposée. Et l’on passe sur les boums clandestines ou non, la restauration à la sauvette, etc. Cette désobéissance qui relève de faits isolés – et non d’une lame de fond – ne peut être toutefois négligée.

    Il va...

    Lire la suite