Roberto Martinez au sujet des débuts compliqués de Thibaut Courtois au Real Madrid: «Je ne lui ai pas parlé»

@News
 
Eden Hazard
Photonews
PHOTONEWS_10895972-219
Capture d’écran
collage
PHOTONEWS_10860223-015
PhotoNews
photonews
Photonews
collage
PHOTONEWS_10899091-009 (1)
PHOTONEWS_10907798-098
Photonews
collage
PHOTONEWS_10899861-093
Photonews
Le choix de la rédaction
  1. d-20210210-GL7H7Q 2021-02-10 17_15_26

    Coronavirus: les masques d’Avrox retirés du marché

  2. Annelies Verlinden, ministre de l’Intérieur.

    Annelies Verlinden au «Soir»: «Si un député s’oppose à un arrêté, il peut réclamer son annulation»

  3. d-20210220-GLDG57 2021-02-20 12_39_29

    Vaccination: la Belgique fait-elle mieux que les autres pays européens?

La chronique
  • Visa pour la Flandre: ce que «Knack» dit de nous, les journalistes

    C’était il y a une quinzaine d’années. Le Soir avait décidé de faire appel, comme chroniqueur régulier, au journaliste français Jean-François Kahn, écrivain, ex-rédacteur en chef de l’Événement du jeudi, fondateur de Marianne. Quelques jours plus tard un SMS nous était arrivé : « Kahn, mais quelle super idée ! », signé Rik, pour Rik Van Cauwelaert, alors directeur rédacteur en chef du magazine Knack et figure clé du journalisme en Flandre. Un homme dont les éditoriaux sont redoutés et qui connaît l’âme flamande et ses ressorts politiques mieux que quiconque.

    Quelques semaines plus tard, Jean-François Kahn est de passage à Bruxelles, et nous décidons de l’inviter à dîner en conviant aussi son compagnon de chronique, Yvon Toussaint, ex-rédacteur en chef du Soir mais au fond, pourquoi pas aussi Rik Van Cauwelaert. Rendez-vous est pris « Chez Jacques », un restaurant de poisson de la place Sainte-Catherine à Bruxelles et voilà soudain une soirée avec trois « légendes » du journalisme, une Française, une Belge...

    Lire la suite