FIBA Europe Cup: Anvers directement qualifié pour la phase de groupes

@News
 
@News
@AFP
BKN-BKO-SPO-2021-NBA-FINALS---GAME-TWO
Harden2
PHOTONEWS_10857235-071
Photonews
BASKET WOMEN EUROBASKET 2021 BELARUS VS BELGIAN CATS
Belga
@Belga
BASKET-EURO-WOMEN-SRB-BEL
PHOTONEWS_10927432-043
Photo News
Toute la rage du duo Julie Allemand - Marjorie Carpréaux.
Belga
Photo News
Les Belges ont pu souffler en évitant de passer par les barrages, contrairement aux Russes.
Le choix de la rédaction
  1. Le président Kaïs Saïed, sous bonne protection, salue ses partisans, le 26 juillet dernier dans l’avenue Habib Bourguiba, à Tunis.

    Tunisie: Kaïs Saïed se lance dans la chasse aux corrompus

  2. 10935536-167

    JO 2020: Nina Derwael 6e du concours général de gymnastique, Sunisa Lee championne olympique

  3. A certains endroits, ce ne sont pas les zones rouges répertoriées qui ont été les plus impactées.

    La carte des zones inondables au centre des débats

La chronique
  • Coronavirus – La vie devant toi (saison 2), jour 500: les bracelets

    En juin dernier, aux Etats-Unis, il s’est passé un truc incroyable.

    Des bracelets de trois couleurs ont fleuri au poignet des gens. Des gens dans la rue, des gens au boulot lors du retour au présentiel, des gens à des fêtes, à des mariages, des concerts, des événements. On appelle ça « le code couleur Covid-19 » et il a été mis en place pour les personnes qui ne sont pas – ou plus – à l'aise avec les interactions physiques.

    Il y a le bracelet rouge, le plus radical, qui dit : « Hi ! I’m keeping my distances » (« Salut, je préfère garder mes distances »). Le jaune, sur ses gardes : « Okay with talking but not touching » (« On peut parler sans se toucher »). Et le vert, le plus cool de la bande, qui est totalement « Okay with hugs & high-fives » (« Ok pour les câlins et les tope-là »).

    La Chambre de commerce de Virginie – 650 entreprises, 500.000 employé.e.s – a classé temporellement ces trois...

    Lire la suite

  • Les inondations sont aussi un tsunami social

    Le constat est hélas assez banal : quand une situation de crise survient, les premières victimes sont souvent les plus pauvres. Ou les plus faibles. Ou les plus fragiles. Ou les plus isolés. Ou les moins instruits. Ou les moins informés. Le malheur s’ajoute alors au malheur.

    La règle vaut pour les inondations catastrophiques de la mi-juillet. Elle n’est pas absolue bien sûr : les statisticiens trouveront...

    Lire la suite