Un caméléon, à l’aise dans tous les genres de cinéma.
«
Le talent arrive car on a une nécessité de sortir quelque chose de soi. Après, il faut voir comment l’extérioriser.
»
« Au départ, ce n’est pas l’appât du gain qui la pousse, mais  la solidarité féminine. »
La dérogation envisagée ne sera possible que si le taux de contamination de la population reste stable et que le niveau des hospitalisations demeure sous contrôle.
Roméo Elvis est Serge, le frère BCBG un peu beauf et propre sur lui, qui s’amuse à faire des bombes dans la piscine.
r
La cinéma de Quentin Dupieux est un moment de déconne absolu et indescriptible.
57484-THE_DUKE_-_Actors_Helen_Mirren_and_Jim_Broadbent
SWEDEN-CLIMATE-STRIKE-THUNBERG
Stacy Martin
: «
Être dirigée par une femme n’est pas forcément plus facile ou plus confortable
».
«
The Human Voice
», de Pedro Almodóvar. © D.R.
«
Lacci
», de Daniele Luchetti. © D.R.
Dans «
The Human Voice
», d’Almodóvar, l’actrice britannique Tilda Swinton livre une performance tragicomique à la fois désespérée froide, drôle et triste.
De g. à d. Vanja Kaludjeric (Rotterdam), Jose Luis Rebordinos (San Sebastian), Lili Hinstin (Locarno), Thierry Frémaux (Cannes) et Alberto Barbera (Venise).
La révélation du film, c’est lui, le jeune Namurois Yoann Zimmer.
Cate Blanchett, présidente du jury, et Alberto Barbera, directeur artistique du festival.
Le choix de la rédaction
  1. UNITE COVID

    Coronavirus: toujours pas de signe d’accalmie à l’horizon

  2. d-20201023-GJKAT0 2020-10-29 17:58:38

    Comité de concertation: bulle sociale, déplacements, écoles, ce qui est sur la table des politiques

  3. Elio Di Rupo mettra la pression sur le comité de concertation.

    Le sud du pays pousse au confinement quasiment comme un seul homme

La chronique
  • Coronavirus – «La vie en pause, saison 2, jour 1»: Noël

    Hier, il s’est passé un truc incroyable.

    Juste avant le comité de concertation, on a eu LA discussion sur Noël avec la famille. Enfin, un bout de famille parce que là, tout est morcelé, explosé, tout part en vrille. Cette famille, à l’image du coronavirus, c’est un véritable aérosol respiratoire, des particules en suspension qui se mélangent à l’air ambiant. Soit, on a fait avec ce qu’on avait sous la main : une sœur, une maman.

    Il y a quelques semaines, quand on pouvait encore faire la fête à dix, on avait déjà fait un premier calcul et constaté que ça débordait pas mal de la bulle. Comment expliquer à X et X’, sans les blesser, qu’ils ne passeraient pas le réveillon avec le reste du clan ? Gros stress.

    Maintenant, dans un sens, tout est réglé. Adieu la dinde, adieu le champagne, l’asti spumante, les zakouskis chauds, les zakouskis froids, la raclette, le saumon gravlax ou « chacun apporte quelque chose » et les...

    Lire la suite

  • Avec Macron, la France à l’épreuve de la tragédie

    C’était, en 2017, le candidat d’une espérance. Dans une vague populiste qui balayait alors le monde, Emmanuel Macron allait incarner une nouvelle forme de « dégagisme positif ». Il vantait un nouveau monde où l’émancipation individuelle et les libertés se conjugueraient au progrès. Un vent léger soufflait sur la France.

    Trois ans plus tard, comme pour ses prédécesseurs, les drames ont fracassé son mandat. Nicolas Sarkozy avait dû affronter une crise économique mondiale. François Hollande,...

    Lire la suite