A la salle des mariages, au premier étage de la petite mairie de Pont-Scorff, Athina Ioannou a installé les tapisseries de sa série «
Love otherwise
» tandis que la chaise sculpturale de Benoît Maire fait face à la cheminée.
Victor Hugo, 60 ans, lors du banquet donné à Bruxelles en son honneur.
capture_decran_2019-08-08_a_16.04.22
A Dudelange, le CNA invite également à découvrir l’univers de Mary Frey. Professeur à la Hartford Art School de 1979 à 2015, Mary Frey avait mis de côté son travail personnel durant toute sa carrière. Il y a trois ans, elle a décidé de le dévoiler, suscitant l’intérêt immédiat de plusieurs institutions. Au CNA, on découvre deux de ses séries
: «
Domestic Rituals
» (rituels domestiques) réalisée en noir et blanc et «
Real Life Dramas
» (Drame de la vie quotidienne) entièrement en couleurs. Tout un univers où la photographe observe et fixe sur la pellicule sa propre famille, ses amis, ses proches dans des images qui ont la saveur du réel mais que son regard, clairement visible pour tous les protagonistes, contribue à mettre en scène.
Technique de tissage de l’«
ottoman contredit
».
La Vénus de Laussel.
Avant mars 1941, cette toile de Pieter Codde appartenait à une galerie bruxelloise. Elle est brièvement réapparue en 1999 dans une vente de Sotheby’s, et est à nouveau introuvable.
«
La chanson de Chérubin
» (1878-1881).
De 1926 et jusqu’en 1933, Emile Chavepeyer s’intéresse aux gestes des travailleurs, singulièrement à leurs mains, à leurs outils, à la réalité industrielle et urbaine.
Dans le couloir du palais, Aurélie Amiot a disposé sur une bande de plâtre 16 feuilles estampées laissant apparaître l’empreinte d’une série de messages sms.
Non, ce n’est pas «
que
» de l’art alimentaire...
Détour indispensable par l’église de Grand-Marchin. Au rez-de-chaussée, les fleurs de lys en décomposition imprimées sur vitrail par Cendrine Genin (ci-dessus) où se reflète l’image des autres vitraux. A l’étage, dans le jubé, les petits tableaux, peints ou photographiques, de Mégane Likin. Deux univers d’une infinie délicatesse, en adéquation parfaite avec les lieux.
Extrait du film «
MX sculpture/MX
».
La représentation de verre large de 23 cm, épaisse de 13 du Bougainvillia Muscus (une variété d’hydrozoaire identifiée en 1863) est visible à l’aquarium-museum de Liège.
Un demi-masque mortuaire incrusté de coquillages et turquoises.
Films, objets, oeuvres d’art
: les pièces de l’exposition se déploient dans tout l’espace du Palais des Beaux-Arts par le biais, notamment, d’un subtil jeu de miroirs.
Le choix de la rédaction
  1. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

  2. d-20190920-3W685Y 2019-09-20 08:13:25

    Nethys: une semaine de révélations dans «Le Soir»

  3. d-20190830-3VTLPV 2019-08-30 11:01:52

    Les racines élémentaires de Patrick Dewael: «Mon libéralisme doit tout à ma famille et à Verhofstadt»

La chronique
  • {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite