Accueil Belgique Politique

«Un échec»: les réactions suite à l’annonce de De Wever et Magnette d’arrêter leur mission

Les réponses politiques ne se sont pas fait attendre après la décision des préformateurs de demander au Roi de les décharger de leur mission,

Temps de lecture: 2 min

Après une nouvelle (brève) rencontre avec les présidents des partis libéraux et l’annulation de celle prévue avec les écologistes, Bart De Wever (N-VA) et Paul Magnette (PS), les actuels préformateurs ont annoncé vendredi ne plus être en capacité d’avancer dans la mission qui leur a été confiée le 20 juillet dernier par le Roi.

Suite à cette annonce, les réactions du monde politique belge ne se sont pas faites attendre. François De Smet, le premier. « Cet échec signifie seulement qu’il n’existe pas, dans ce pays, de majorité autour du projet institutionnel de la N-VA », écrit le président de Défi sur Twitter. « Mais il existe, j’en suis sûr, une majorité pour lutter efficacement contre la pandémie, sauver notre économie, l’horeca, la culture, l’événementiel », ajoute François De Smet.

Une situation que regrette Maxime Prévot : « La mission royale semble connaître son épilogue. Regrets que chacun n’ait pas été capable de prendre de la hauteur pour débattre ensemble autour d’une table plutôt que par communiqués. » Pour le président du CDH, « tout était encore à écrire et rien n’avait donc encore été validé, y compris l’institutionnel ».

Côté libéraux, le président de l’Open VLD s’est exprimé sur VTM : « Nous sommes déçus, la famille libérale était prête à négocier le violet-jaune, mais ils ne veulent pas changer le contenu de gauche et le communautaire », a déclaré Egbert Lachaert.

Son homologue francophone, rappelle l’urgence de former un gouvernement : « L’urgence économique et sociale sont les priorités. Nous devons être aux côtés de ceux qui souffrent de la crise ». Georges-Louis Bouchez insiste sur la nécessité de trouver un consensus : « Pour cela, il faut faire des compromis et les notes doivent évoluer. Pas les invectives ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Laudelout Michel, dimanche 16 août 2020, 7:52

    Il faut arrêter le cirque Magnette c'est fait soudoyé par Dewever il n'avait pas le choix. Le Roi doit maintenant donner mission à Magnette, Nollet et Bouchez. Cette mission jusqu'au 24 août pour la formation d'un gouvernement, vu que les grands principes d'accords sont connus, il y a une possibilité de former une majorité. Si mission impossible retour aux urnes ,chaque classe politique devra en assumer les conséquences.

  • Posté par Trevisan Lucio, samedi 15 août 2020, 22:28

    Avez-vous vu le dessin de duBus dans "la Libre" ? Il est vraiment bon.

  • Posté par LAMBOTTE Jean-Pierre, samedi 15 août 2020, 11:10

    Tant que l'on vivra en Belgique sous un régime de particratie, RIEN de bon ne pourra en sortir. Il est urgent de changer le système. Les partis sont là pour lancer des courants d'idée, et non pas pour former des "majorités". Elisons des femmes et des hommes qui se présentent individuellement et librement et qui ont répondu clairement à un ensemble de questions qui les engagent tout au long de leur mandat, au point de rendre tout vote de leur part inutile: il suffit de compter pour ces questions qui, parmi les élus, est pour ou contre, c'est cela la démocratie. Tant que l'on n'ira pas vers un tel système, essence même de la démocratie, je ne voterai plus dans le système actuel, par listes sous la bannière de partis et établies par ces mêmes partis.

  • Posté par Steens Frédéric, samedi 15 août 2020, 10:01

    Le vrai problème c'est non pas les réactions politiques actuelles axées sur une activité digne de celle d'un bac à sable avec pelle et rateau intitulée "Comment sauver la face sans la perdre" mais bien celle des urnes qui -rend forme à l'horizon. PTB et autre VB s'en lèchent déjà les babines. Honte sur vous messieurs.

  • Posté par Gérard A, vendredi 14 août 2020, 21:08

    Un gouvernement dirigé par des libéraux bien obéissants, qui va probablement obtenir la confiance du Parlement le 17 septembre et être reconduit pour quelques mois avec peut être des pouvoirs spéciaux. Quoi de mieux pour assurer la rentabilité des milliards investis dans la mise au point du vaccin anti- covid ? Il suffit de continuer à entretenir la peur encore quelques temps.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une