Le choix de la rédaction
  1. Les métiers de la santé sont, plus que jamais, sous pression.

    Le top 20 des métiers en pénurie à Bruxelles et en Wallonie

  2. Le renvoi au Conseil d’Etat de la loi sur la dépénalisation totale de l’IVG a été voté par 55 députés du CD&V, du CDH, de la N-VA et du Vlaams Belang.

    IVG: l’impossible loi

  3. Comment rester motivé pour obtenir son diplôme alors que les examens sont reportés de 6 mois
?

    Des élèves du jury central privés d’examens

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: Le français est-il une langue de basse extraction?

    Nous sommes en 50 avant Jésus-Christ. Toute la Gaule est occupée par les Romains. Toute ? Oui, même si quelques Gaulois continuent de se proclamer irréductibles. Cette Gaule se familiarise rapidement avec la langue de l’occupant, le latin. Mais pas le latin classique, celui que nous connaissons à travers les textes de Cicéron ou de César. Il s’agit plutôt de la langue des soldats et des gens qui les suivent : colons, fonctionnaires, marchands, artisans.

    Que savons-nous de ce latin à l’origine des langues romanes d’aujourd’hui ? Et comment le connaissons-nous ? Retour au temps des Belges que César considérait comme « les plus braves de la Gaule » − ce qui n’était pas un compliment sous la plume de l’auteur du De Bello Gallico.

    Des Gaules et des Gaulois

    Lorsqu’il narre les six années de guerre qui lui ont permis de soumettre l’ensemble de la Gaule, Jules César n’est pas un simple historiographe, mais le principal protagoniste de...

    Lire la suite