Accueil L’instant techno

Fortnite entre en guerre contre Apple et Google

Epic, qui développe le jeu vidéo le plus populaire de ces dernières années bombe ses muscles et s’attaque aux deux principaux stores d’applications mobiles. En cause, un partage de revenus qui ne satisfait pas le studio.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au pôle Multimédias Temps de lecture: 4 min

Tout le monde s’attendait à ce que le match « jeu vidéo » de cet été se joue entre PlayStation 5 et Xbox Series X. Pour l’instant, il n’en est rien. L’affiche en cette fin août oppose en fait Epic Games, créateur de Fortnite et Apple et Google, tous les deux de l’autre côté du ring. Et selon le vainqueur, c’est toute l’économie numérique qui pourrait se voir chamboulée.

1

Des prix discounts pour échapper à la dîme

7,99 euros en lieu et place des 9,99 habituels. Ce jeudi, Epic Games a baissé de 20 % le prix des 1.000 V-Bucks, (la monnaie virtuelle qui permet d’acheter des éléments de personnalisation cosmétique pour son avatar, NDLR.)

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Bro L, lundi 17 août 2020, 11:48

    L'ironie de réutiliser la pub "1984" d'Apple, basée elle même sur le Roman d'Orwell, pour une société qui appartient à hauteur de 40% à une entreprise chinoise, et qui a déjà été épinglée pour son lanceur un peu trop curieux sur le contenu des ordinateurs de leurs clients. La méthode utilisée est aussi très limite, commencer par enfreindre les conditions de services en sachant pertinemment bien que les utilisateurs (probablement une majorité de mineurs sur les plateformes mobiles) allaient se voir couper l'accès, pour faire beaucoup de bruit et mêler l'opinion publique à un désaccord entre 2 (ou plusieurs) entreprises, alors que cette histoire aurait dû directement se régler en justice sans mêler et léser les clients. C'est typiquement juste une bataille de cupidité entre 2 entreprises, parce qu'au final, les clients paieront toujours le même prix, personne n'a d'ailleurs vu baisser le prix des jeux vidéos avec le passage de supports physiques vers le dématérialisé (c'est plutôt même l'inverse où tout est vendu au prix plein), alors qu'il y a nettement moins d'intermédiaires dans la chaîne, voire parfois plus du tout lorsque l'éditeur est propriétaire de studios de développement et a son propre magasin en ligne (le cas d'EPIC Games, Electronic Arts, Ubisoft, Activision/Blizzard, etc.). En gros et hors TVA, non contents d'être passés d'une part de 15 à 35% dans leurs poches lors de la vente d'un jeu physique, à une part de 35 à 65% en dématérialisé dans les app stores d'Apple et Google (mais probablement également Sony, Microsoft et Nintendo sur consoles), les grosses boites d'édition veulent contrôler la chaîne de A à Z et mettre 100% dans leurs poches. Je n'approuve pas la "taxe" de 30% d'Apple et consorts, d'autant qu'apparemment Amazon se serait arrangé pour payer moins, mais elle est tout de même en partie justifiable par le service fourni. Elle peut aussi être contournée en vendant ses articles via une autre plateforme (pour autant qu'il n'en soit pas fait mention dans l'app), comme un site web. Quelqu'un qui prend son abonnement Netflix, Spotify ou autre via leurs sites web respectifs, ne va rien verser dans les poches d'Apple ou Google. Mais ceci n'arrange pas trop EPIC Games avec Fortnite étant donné que celui-ci est gratuit et que leur business model est principalement basé sur la vente d'objets cosmétiques (en gros, sur les faiblesses de la psychologie humaine), et que l'entrave de devoir changer de plateforme et perdre 5 minutes pour faire un achat sont suffisantes pour revenir à la raison et que cet achat n'aie pas lieu dans beaucoup de cas. En tout cas, je suis intéressé de voir à quoi tout cela va mener... et désolé pour le pavé ;-)

  • Posté par D G, dimanche 16 août 2020, 21:48

    Il y a une coquille dans l'article : le partage 70/30 prévoit 70% pour l'éditeur et 30% pour la plateforme. Citer Spotify comme étant dans le camp d'Epic ne rime à rien : Spotify avait eu un problème similaire il y a quelques années. Les plateformes fournissent un service et ne sont pas un simple intermédiaire. Sans elles, il y a moins de visibilité. Je trouve logique de leur part de prélever une commission, fut-elle réduite, mais Epic Games semble vouloir 95% sans penser au fait que sans lesdites plateformes il y aurait moins de visibilité pour les éditeurs.

  • Posté par Marlier Jacques, dimanche 16 août 2020, 23:27

    #D. G. <Il y a une coquille dans l'article : le partage 70/30 prévoit 70% pour l'éditeur et 30% pour la plateforme.> OK! Je crois mieux comprendre ainsi. :-))

Aussi en L’instant techno

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs