Accueil Société

Coronavirus: les «jeunes», boucs émissaires en temps de pandémie

Ces dernières semaines, les « jeunes » en ont pris pour leur grade lorsqu’ils se sont montrés imprudents. Ces critiques exprimées parfois avec beaucoup d’excès et sans nuance risquent-elles de déboucher sur un fossé intergénérationnel ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 5 min

Durant le confinement, les jeunes ont été pointés du doigt pour leur participation çà et là à des « fêtes sauvages ». Depuis le déconfinement, ils ont été sévèrement critiqués lorsqu’ils se sont attardés en masse à la sortie de certains cafés bruxellois, ont participé dans la capitale à une manifestation sous le slogan planétaire Black Lives Matter, ont profité par endroits d’un soleil généreux sans forcément porter le masque ou respecter les distances physiques. Ou encore lorsqu’ils ont pris part, voici quelques jours, à une bagarre à Blankenberge. Depuis quelques semaines, alors que la pandémie reprend de la vigueur, « les jeunes » sont la cible de l’essentiel des critiques et des boucs émissaires tout désignés.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par Bricourt Noela, mardi 18 août 2020, 8:32

    Dans mon quartier les nombreux jeunes " allochtones "(comme disent certains au nord de notre pays) portent le masque ,même en rue, alors que ce n'est pas obligatoire. Notre pays adore diviser; sans doute par habitude, comme une évidence. Espérons ne jamais vivre dans une société où tout le monde marche au pas et où le tout sécuritaire est devenu la règle absolue avec en plus une touche identitaire.

  • Posté par De Villers Léopold, mercredi 19 août 2020, 12:02

    100% d'accord avec vous Noela même si je fait partie des vieux je ne suis, moi non plus, prêt à marcher au pas. J'en ai marre que l'on stigmatise les jeunes

  • Posté par Jean Luc, mardi 18 août 2020, 6:25

    On croit rêver. Après avoir rappelé que "les jeunes" participent à des "fêtes sauvages", qu'ils méprisent les mesures de protection sur la place Flagey, qu'ils manifestent en masse sans aucune précaution – bref, que "les jeunes" se foutent de la loi comme de leur première culotte, et encore plus de la santé des autres citoyens -, après tout ça, on les plaint, les pauvres: ce sont des "boucs émissaires" ! Car il faut avoir de l'empathie envers eux, il faut les comprendre, n'est-ce pas – mais on ne saurait évidemment exiger d'eux qu'ils fassent, eux-mêmes, preuve d'empathie envers les plus faibles, qu'ils mettent en danger de mort. Nous sommes vraiment des salopards, de ne pas comprendre qu'ils ont le droit de se foutre de la santé des "non-jeunes" – après tout, quant on n'est pas jeune, on peut crever, place aux jeunes! Et en plus, nous sommes des salopards de racistes parce que nous sommes tentés par des registres "communautaire et ethnique", "tout cela dénué de preuves statistique solides" – à tout le moins pour un sociologue et philosophe en chambre, qui n'a apparemment jamais mis les pieds dans "les quartiers" immigrés, et incapable de lire la carte des contaminations à Bruxelles et Anvers et à faire un lien, qui ne peut être qu'abusif, avec l'ethnicité des dits quartiers. Mais là où on atteint le fin fond de la stupidité, c'est lorsque le même socio-philosophe nous assène que c'est aux "autres tranches d'âge" de prendre "leurs responsabilités… en termes de protection notamment" ; et comment fait-on ça, ô universitaire? en portant des masques??? mais ils ne protègent que les autres, pas le porteur (sauf les FFP3, qui sont… introuvables, et qui coûtent des fortunes) ; alors, comment fait-on? les "autres tranches d'âge" doivent-elles, pour se protéger, rester cloîtrées chez elles, pour que Messieurs les Jeunes puissent continuer à se balader sans masque et à mépriser toute mesure de protection d'autrui, dans un égoïsme parfaitement répugnant? – Une fois de plus, voilà quelques universitaires, qui, sous couvert de nuances intellectuelles mais inintelligentes, nous rabâchent des discours théoriques totalement détachés de la réalité, pour, comme d'habitude, excuser les fautifs, mais stigmatiser les "autres tranches d'âge". Des discours de guignols en chambre.

  • Posté par STEINER Jean-Paul, mardi 18 août 2020, 16:06

    vous parlez vraiment comme un vieux c....!

  • Posté par Coulon Fabien, mardi 18 août 2020, 13:28

    Ok boomer

Plus de commentaires

Aussi en Société

Prisons: un rapport pointe la dureté des cachots belges

Dans une étude fouillée, le Conseil central de surveillance pénitentiaire décrit les cellules de punition au sein des établissements pénitentiaires. Certaines sont loin des balises édictées par l’arrêté royal de 2019.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs