Accueil Opinions Éditos

Négociations fédérales: il est moins une

Avec la démission des préformateurs, la crise politique s’enlise. Pour éviter la catastrophe, c’est l’heure du réveil.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Politique Temps de lecture: 3 min

Quatre cent cinquante jours depuis les élections du 26 mai 2019.

609 jours sans « vrai » gouvernement, depuis la chute de l’équipe Michel en décembre 2018.

18 missionnaires royaux ou autoproclamés en près de quinze mois.

6 tentatives de coalition, la plupart avec des variantes.

Et toujours pas le début d’une réelle négociation multipartite en vue d’un exécutif fédéral disposant d’une majorité parlementaire.

Et pourtant, l’horloge tourne.

Cela ne se passe pas à l’autre bout du monde. Dans un Etat à la démocratie balbutiante. Dans tous ces coins où nous sommes si prompts à dénoncer les errements politiques.

Cela se passe près de chez vous. Chez nous.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

15 Commentaires

  • Posté par Jehin André, mercredi 19 août 2020, 11:36

    Tant qu'il n'y a pas d'accord les élus ne devraient avoir que le montant du chômage économique comme revenus. Dans le prochain accord il faudrait prévoir réduire le nombre de ministre et raboter les revenus de ceux qui restent en place.

  • Posté par Jehin André, mercredi 19 août 2020, 11:33

    La Wallonie vote plutôt à gauche, la Flandre vote plutôt à droite. En démocratie il faut commencer par respecter le choix des électeurs. Donc le projet de la prochaine majorité doit respecter cette donne primordiale. Il faut trouver l'ėquilibre entre la gauche Wallonne et la droite Flamande. Jusqu'à présent ce ne sont pas les journalistes ni leurs supputations qui décident.

  • Posté par Delvaux Alain, mardi 18 août 2020, 20:38

    ça y est, la phase de dramatisation est arrivée. Les médias vont, suite logique à la COVID-19 nous plonger dans un futur belge apocalyptique précédent obligatoire avant quelques nuits blanches où les ces testostéronés de la politique nous sortiront une coalition dont le futur nom fait déjà jouir certains journalistes politiques. Cette fois, avez-vous remarqué ? plus de drapeau dans les rues, la plupart des gens s'en foutent. La décomposition ne fait plus peur, au pire elle nous conforte, nous belges dans notre spécialité surréaliste. "Ceci n'est plus un état" pourrait-on titrer. Comment cela peut-il en être autrement alors que ces batailles partisanes nous privent des débats sur les vrais enjeux de société. Je ne sais plus qui blâmer, le système politique belge qui a définitivement atteint ses limites , les "hommes" politiques pris au piège de leur propre logique.

  • Posté par Marlier Jacques, mardi 18 août 2020, 19:13

    Il faut respecter la date du 17 septembre et le faire savoir dès maintenant. Il sera toujours "moins une" après. Inutile de tergiverser plus longtemps.

  • Posté par Platteau Olivier, mardi 18 août 2020, 19:00

    1°) nous n'avons élu personne, ce sont les partis qui s'arrangent entre eux. 2°) Démocratie avec la NVA et le VB ? Deplus, nous ne sommes pas une démocratie, mais une particratie

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs