Accueil Belgique Politique

De Wever, Magnette, Prévot: les politiques réagissent à l’offre de démission des préformateurs

Certains présidents de partis ont réagi, alors que le chef de l’État tient la démission de Paul Magnette et Bart De Wever en délibéré.

Temps de lecture: 3 min

Le chef de l’État tient depuis lundi midi la démission des préformateurs Paul Magnette (PS) et Bart De Wever (N-VA) en délibéré. Le patron de la N-VA s’est livré dans une vidéo postée sur les réseaux en milieu d’après-midi. Il confie son agacement face à ceux qui « torpillent les solutions » et appelle à « stopper le carrousel des discussions gouvernementales ». « Les affaires courantes sont devenues la norme au fédéral, cela doit s’arrêter. »

Le Roi a entamé aujourd’hui un nouveau cycle de consultations avec les présidents de parti qui ont participé jusqu’à présent aux négociations gouvernementales. À son arrivée au Palais, Conner Rousseau a souligné que d’énormes efforts, sacrifices et concessions avaient été faits ces dernières semaines.

« Il serait dommage de repartir à zéro. Vous ne pourrez pas expliquer cela aux gens ». Le président du SP.A a fait remarquer qu’en fin de compte, le PS et la N-VA ont réussi à se réunir à la table des négociations. Il a donc appelé les autres partis à transcender leurs propres intérêts. « Beaucoup d’efforts ont été faits. Il serait bon que nous puissions continuer sur cette base », a-t-il ajouté.

Joachim Coens n’a pas fait de déclaration à la presse avant son audience au Palais royal. « Le gouvernement a une tâche importante pour la relance de notre économie, avec un accent fort sur le renforcement du pouvoir d’achat, une fiscalité juste, des investissements dans les soins de santé et la transition vers une économie durable », a déclaré le président des chrétiens-démocrates flamands.

Le président du PS, Paul Magnette, a appelé lundi chacun des partis impliqués dans la formation du gouvernement fédéral à se montrer constructif. Selon lui, il est toujours possible de trouver une solution à la crise politique avant la rentrée parlementaire de la mi-septembre.

« Si chacun pouvait faire un peu d’efforts, faire en sorte d’être constructif, il est encore possible -j’en suis convaincu- de trouver une solution dans les trois semaines qui viennent, avant la rentrée parlementaire de la mi-septembre », a-t-il déclaré sur le plateau de RTL-TVi.

> > Bart De Wever : « Il est plus facile de torpiller des solutions plutôt que de trouver un accord » (vidéo)

Le président du CDH, qui s’est entretenu avec le Roi par téléphone, a rappelé que son parti reste disponible pour participer à la constitution d’un gouvernement fédéral.

Le président du PS de son côté a appelé lundi chacun des partis impliqués dans la formation du gouvernement fédéral à se montrer constructif. Selon Paul Magnette, il est toujours possible de trouver une solution à la crise politique avant la rentrée parlementaire de la mi-septembre.

« Si chacun pouvait faire un peu d’efforts, faire en sorte d’être constructif, il est encore possible -j’en suis convaincu- de trouver une solution dans les trois semaines qui viennent, avant la rentrée parlementaire de la mi-septembre », a-t-il déclaré sur le plateau de RTL-TVi.

À lire aussi…

La longuissime crise politique donne à voir la possible déstructuration de notre système politique. Errements des partis, alliances aléatoires, désunion à gauche… Petit tour du sinistre près de 450 jours après les élections ICI.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Biot Philippe, mardi 18 août 2020, 11:18

    Ce qui m'étonne c'est de voir G-L B renvoyer le PS et la N-VA à leurs chères études. G-L B a refusé toutes les alliances proposées par d'autres et....lui n'a jamais proposé une seule solution. Pourtant, depuis des mois, G-L B sait ce qu'il faut faire, il sait avec qui il faut le faire, il sait comment le faire....et, malgré tous ses discours aux médias.....il ne fait rien, il regarde les autres faire, puis il les flingue. Bizarre!

  • Posté par LAMBOTTE Jean-Pierre, mardi 18 août 2020, 11:08

    Toujours donner la parole (des mots, toujours des mots, jamais de vraies négociations) aux politiques ne mène à rien !

  • Posté par De Visscher Daniel, mardi 18 août 2020, 2:55

    Il n'est vraiment pas indispensable d'être une devin patenté pour imaginé la suite du programme. Et pourtant, nous allons cahin-caha (et jusqu'à l'épuisement) poursuivre cette saga politique alors que plus personne, et du fond du coeur, ne parierait le moindre kopeck sur la réussite d'une telle entreprise. Ce qui me désole, c'est l'incapacité à plus pouvoir se dire les choses et de se regarder bien en face une fois pour toute en nous avouant posément la vérité toute nue. Celle d'admettre enfin que face à nos intérêts totalement divergents sur tant de points vue, il est de notre devoir impérieux de tirer un trait définitif sur notre situation politique qui n'est plus qu'une mascarade pathétique. Et admettre qu'il serait temps de se quitter bon amis. Ho! Certes! Tout cela ne se fera pas sans casse, sans larmes et sans petites rancoeurs réciproques mais au moins, un accord aussi douloureux soit-il se fera ! Bon gré, malgré! J'en conviens! Mais il fera! Pourvu que nous en ayons le courage et la lucidité. Chacun quittera alors son avocat, certes la queue un peu basse entre les jambes pour certain, mais au moins, nous ne épuiserons plus à vouloir à tout prix sauver à la fois les enfants, la vaisselle et les petites cuillères dépareillées de la tante Gertrude. Une fois cette décision prise, la paix des braves sera à l'ordre du jour et nous rendra par là même beaucoup plus intelligents et plus créatifs. Et je ne serais pas étonné, qu'à l'instar des ménages recomposés, nous ayons finalement ( après un peu de temps, j'en conviens) des rapports plus cordiaux et respectueux.Les petites guerres des egos nationaux auront pris fin et les baronnies nationales seront devenues obsolètes. Soyons enfin des gestionnaires responsables dans l'intérêt du citoyen et plus les pieds et poings liés par des ambitions personnelles qui sont indignes au regard du citoyen que je suis.. Nous ne vivons pas encore le régime libanais (plus ou moins 18 confessions à ménager) mais avouons q'en matière de surréalisme nous n'avons pas à être jaloux de quiconque.

  • Posté par Trevisan Lucio, mardi 18 août 2020, 9:26

    Da'ccord, je pense que cela va arriver tôt ou tard...

  • Posté par Lumens Marc, lundi 17 août 2020, 22:43

    Comment sortir de la crise, j'ai deux solutions: - Le roi offre un chèque de 1 OOO OOO d'euros à chacun des négociateurs s'ils parviennent à former un gouvernement. - Comme ces politiques ont été nommés par le peuple lors des élections, tant qu'il n'y a pas de gouvernement, ils ne touchent pas leur plantureux salaire de députés ou sénateurs.... vous verrez, cà ira vite...

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs