Accueil Monde États-Unis

A la convention démocrate, Kamala Harris dénonce le «racisme structurel» aux Etats-Unis

La colistière du candidat Joe Biden a pris la parole lors de la troisième nuit de la convention virtuelle des Démocrates.

Article réservé aux abonnés
Correspondant aux Etats-Unis Temps de lecture: 4 min

correspondant à New York

Pour la troisième nuit consécutive, la convention virtuelle des Démocrates avait convoqué une haie de stars politiques, présentes et passées : Barack Obama, Hillary Clinton, Elizabeth Warren, Nancy Pelosi, tous sollicités pour arrimer les plus hésitants à la candidature de Joe Biden, investi la veille par les représentants de la gauche américaine comme prétendant officiel à la succession de Donald Trump à la Maison-Blanche.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Christian Radoux, jeudi 20 août 2020, 12:09

    Morte centenaire en février de cette année, la géniale Katherine Johnson, qui a donc encore subi la ségrégation, est une merveilleuse illustration de ceci : le vaccin contre le racisme, (et en plus, dans son cas, le sexisme), est l´éducation. Tant pour les victimes que, surtout, pour ceux qui seraient tentés de se croire d'une quelconque essence supérieure. https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Katherine_Johnson Titulaire d'une impressionnante liste de doctorats honoris causa, de la médaille présidentielle de la liberté, de la médaille d'or du Congrès ( les deux plus hautes distinctions civiles américaines), une Noire comme elle est la gloire de l´Amérique. Tump, rustre ignare, menteur, brutal, cynique, infantile, arrogant, en est la honte. Avec Mme Harris, M. Biden a fait le bon choix.

  • Posté par Grulois Stanislas, jeudi 20 août 2020, 20:59

    @Mr Naeije, les qualificatifs dont Mr Radoux affuble trump sont en réalité encore trop gentils. Ce type est bien pire que ça. Rien, à ses yeux, n'a d'importance sinon lui-même. Il n'a aucune conscience, aucun degré d'empathie, ce n'est qu'un opportuniste de premier plan, un voleur et un mafieux qui s'est toujours débrouillé, tel un parrain, de faire endosser les conséquences de ses actes sur d'autres. Bref, ce type est clairement à virer de la Maison Blanche, maison dans laquelle il n'aurait jamais dû entrer.

  • Posté par Christian Radoux, jeudi 20 août 2020, 20:29

    À M. Robert Naetje. Wait and see : les électeurs pourront comparer, eux, curriculum vitae et carrière avec un minimum de bonne foi. Ce qui est excessif est insignifiant.

  • Posté par Naeije Robert, jeudi 20 août 2020, 13:08

    Je n’aime pas Trump, mais les 5 derniers qualificatifs dont vous l’affublez vont comme un gant a Harris. Son comportement outrancier lors des auditions de Kavanaugh revelent bien sa personnalite. Son effondrement lors de la campagne des primaires montre que les electeurs ne tardent pas a comprendre.

  • Posté par Naeije Robert, jeudi 20 août 2020, 9:21

    Du racisme oui (comme partout) mais pas structurel. Les electeurs le savent. Ilsne voteront pas pour quelqu’un qui defend cette vision pervertie de la societe americaine

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs