Hommes et femmes ne sont pas égaux face au risque vasculaire

En matière de santé, les différences entre les femmes et les hommes sont parfois importantes. C’est spécifiquement le cas pour toute la problématique des maladies cardio-vasculaires et du cholestérol. Explications.

Contrairement aux idées reçues, les accidents vasculaires et les infarctus ne sont pas l’apanage des hommes. S’il est communément admis que les femmes courent moins de risques cardio-vasculaires que les hommes, depuis plusieurs années, on constate que la tendance est en train de s’inverser et les maladies cardiovasculaires sont la première cause des décès des femmes en Europe.

20% des décès féminins sont en effet liés à des maladies ou des accidents cardiovasculaires. Ce qui est particulièrement interpellant c’est que les femmes sont touchées de plus en plus jeunes par ces maladies. Aujourd’hui, un quart des femmes victimes d’un infarctus a moins de 60 ans.

Cette évolution a débuté il y a une bonne cinquantaine d’années pour s’accélérer depuis le début des années 2000 et est très clairement liée à notre mode de vie qui entraîne des risques liés au cholestérol.

1. Alimentation

Même si beaucoup d’hommes ont pris les fourneaux familiaux en main, cette tâche ménagère reste encore souvent un attribut féminin. Quand on mène de front une vie professionnelle et une vie familiale bien remplie, la qualité de l’alimentation passe bien souvent au second plan. Or, il est prouvé qu’une alimentation équilibrée permet d’éviter l’obésité, de réduire le taux de mauvais cholestérol et par la même occasion de réduire les risques d’accidents cardiaques. Et pour encore renforcer les effets positifs de l’alimentation saine sur le cholestérol, l’utilisation sur le pain ou dans vos plats cuisinés de la margarine Becel ProActiv a une efficacité cliniquement prouvée sur le cholestérol grâce à son apport en stérols végétaux.

2. Bouger

Pour les mêmes raisons que l’alimentation, la vie active, les enfants, les corvées ménagères, les journées qui ne sont pas extensibles, nous empêchent souvent de prendre soin de notre corps. Les femmes sont souvent plus sédentaires que les hommes ce qui augmente le risque de cholestérol. Or, il est prouvé que la pratique d’une activité physique régulière est un excellent moyen de prévention. Pas besoin de se lancer dans un entrainement olympique. Une demi-heure de marche quotidienne est déjà très bénéfique.

3. Tabagisme

Alors que le tabagisme a tendance à se stabiliser voire à diminuer dans la moyenne de la population, on constate que le tabagisme augmente légèrement mais très clairement chez les femmes. Or, le tabagisme est une cause supplémentaire qui provoque des problèmes de maladies cardiovasculaires.

En agissant sur ces trois paramètres, il est possible pour les hommes comme pour les femmes de réduire efficacement et durablement le risque de cholestérol et donc d’accident ou de maladie vasculaire.

Envie d’en savoir plus sur le cholestérol ? Téléchargez gratuitement le guide du cholestérol de Becel ProActiv.

Le saviez-vous

Le cholestérol n’a pas d’âge

On pense souvent que le cholestérol c’est un truc de « vieux ». Rien n’est plus faux. On peut avoir du cholestérol à tout âge. Les causes du cholestérol peuvent être externes (alimentation, sédentarité, tabagisme, stress…) mais aussi internes. Dans ce cas, la génétique joue un grand rôle et si vos parents et grands-parents ont eu du cholestérol, vous pouvez en avoir dès votre plus jeune âge. Audrey d’Anderlecht a ainsi découvert qu’elle avait du cholestérol à l’âge de… 17 ans.

La UneLe fil info Partager
Sommaire