Accueil Belgique Politique

Coronavirus: il est l’heure d’apprendre à vivre avec le risque

Pas de grands assouplissements annoncés. Mais le Conseil national de sécurité va mandater des experts pour qu’ils réinventent une façon de vivre en présence du virus. Ce nouveau mode de vie, appelé à remplacer les bulles, est attendu pour fin septembre.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Enquêtes Temps de lecture: 6 min

Il y avait comme un début de changement de ton chez la Première Sophie Wilmès. Même si elle n’a pas annoncé de mesure révolutionnaire lors du point presse qui a suivi le Conseil national de sécurité de jeudi matin, elle a voulu donner un parfum d’espoir. Ou plutôt un goût de normalité à l’anormal. Même si le virus circule toujours dans la société, il est temps d’apprendre à sortir de la gestion de crise, d’apprendre à vivre avec ce fichu virus. « L’objectif est de créer de la stabilité, d’offrir des perspectives à tout le monde. Et de trouver des solutions qui sont tenables sur le long terme », lance la libérale.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

36 Commentaires

  • Posté par Koretzky Natacha, vendredi 21 août 2020, 9:07

    Nous sommes responsables de la dégradation de la qualité de vie sur notre planète Le covid n'est qu'une manifestation dramatique de cette dégradation A chacun de nous de prendre ses responsabilités et de réagir positivement devant cette situation nouvelle que nous découvrons petit à petit . personne n'en a l'expérience pas même le gouvernement pas même les experts : nos avançons à tâtons Au lieu de critiquer, félicitons le courage du gouvernement de Sophie Wilmes qui a accepté le risque de gouverner alors que tant d'autres qui avaient récoltés tant de voix se sont défilés devant le risque et ne font rien pour assumer les responsabilités que le peuple belge leur a confiées Vive Sophie l'é

  • Posté par Christophe Samray, vendredi 21 août 2020, 8:45

    Et si Mme Wilmès regardait un peu ce qui se passe en dehors de nos frontières ? oui, on peut admettre qu'on s'est trompé, ça grandit souvent les personnes et cette histoire de bulle ne fonctionne pas, n'est pas suivie et surtout pousse la population à ne plus faire confiance dans les mesures prises. On sauve Brussels Airlines mais pas le secteur culturel... en gros 100% de remplissage dans un avion, c'est ok mais 30% au théâtre. Il faudrait quand même qu'elle explique plus clairement ces incohérences.

  • Posté par Petitjean Marie-rose, vendredi 21 août 2020, 8:44

    Il est facile de critiquer les experts, les politiques et il y a de bonnes raisons pour cela. C'est encore plus facile de se décharger sur eux de toutes les responsabilités. C'est oublier tous ceux qui ont transmis le virus en refusant d'appliquer les gestes barrières et ce , dès le confinement du mois de mars, respecté par la majorité d'entre nous mais négligé criminellement par certains autres. Le risque principal, ce sont les vecteurs du virus, nous devons vivre avec eux depuis fin février et nous devrons continuer à le faire.

  • Posté par MORAN JOSE, vendredi 21 août 2020, 8:36

    Sincèrement je ne pense pas du tout avoir besoin d'experts pour "réinventer ma vie"! Par contre en matières d'inventions loufoques...la bulle par exemple là ils font preuve d'imagination. On pourrait en rire si la situation n'était pas aussi grave!!

  • Posté par Derweduez Michel, jeudi 20 août 2020, 23:40

    Les experts et politiques qui dénigrent outrageusement notre démographie doivent être révoqués d'urgence. Les décisions prises sont des dénis de démocratie et de nos droits fondamentaux. Les bulles de 5, 10, 15 sont une invention purement belge unique au monde, alors même que le taux de décès de notre pays dus au coronavirus est l'un des plus élevé au monde . Quand on a besoin de subterfuge pour cacher la réalité, on est proche de la dictature. Les chiffres sont totalement manipulés depuis des semaines. Le seul pourcentage digne de fois est : le nombre de cas + / par le nombre de tests réalisés à cartographier par communes. On nous balance de chiffres absolus depuis des semaines pour nous faire gober des décisions imbéciles. Ces chiffres n'avaient qu'un seul but au début de la pandémie limiter le nombre de test à réaliser en l'absence du manque de réactif, éviter l'engorgement des soins intensifs non préparés. Ils ont envoyés le personnel de soin de 1 ère ligne au feu sans moyens de protection. Ma belle fille médecine généraliste a dû effectuer un test PCR après avoir découper un sac poubelle pour faire passer sa tête et ses bras comme simple protection. Mon fils également médecin a fait des test PCR au poste de garde la semaine dernière ( retour de vacance de zone rouge avec code QR ). Il ne disposait pas de lecteur et devait diriger les patients vers leur médecin traitant. Devant tant d'incompétence, nous devons nous insurger face à ces mesures prises par des imbéciles en vase clos et faire en sorte de les dégager dès que possible. Au minimum nous devrions savoir par qui et sur quel critère ils ont été désignés... En attendant vivez comme vous le voulez en respectant les gestes barrières, distance de sécurité, port du masque, surtout l'hygiène des mains. Le reste ne sert qu'à nourrir des imbéciles inutiles au détriment des plus démunis et du personnel de 1 ère ligne. Réveillez-vous et exprimer votre ressenti. Je critiquerez aussi le médias qui n'ont jamais organiser de débat contradictoire, et joue plus leur rôle d’impartialité ....

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Ypres: l’extrême droite privée de «Frontnacht» après des semaines d’hésitation

Le conseil communal d’Ypres a tranché : le festival de musique Frontnacht, présenté comme simplement « identitaire » par ses organisateurs, ne pourra pas avoir lieu en marge de l’IJzerwake, dissidence « ultra » du pèlerinage de l’Yser. Les liens entre plusieurs groupes invités et la mouvance néonazie sont désormais trop manifestes pour être ignorés.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs