Accueil Culture Livres

Colson Whitehead: «Nos vies virent entre la tragédie et l’absurde»

Après « Underground Railroad », Colson Whitehead poursuit, avec « Nickel Boys » l’exploration de la blessure raciale de l’Amérique. Et ça fait mal. Comme le font d’autres livres d’Afro-Américains.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 5 min

Elwood Curtis est un jeune type plein d’espoir. Il étudie bien, sa grand-mère le pousse, il est prêt à aller à l’université, entraîné par les discours de Martin Luther King qu’il écoute inlassablement sur son lecteur de 33 tours. Pour aller reconnaître les lieux de l’université, il fait du stop. Un automobiliste le prend. Et, quelques kilomètres plus loin, est arrêté par la police : la voiture est volée. Elwood n’a rien à y voir. Mais il est arrêté, condamné, envoyé à la maison de correction de Nickel Academy, en Floride. C’est qu’il porte le signe de la culpabilité : il est Noir.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs