Accueil Société

Décès de Jozef Chovanec à l’aéroport de Charleroi: le numéro 2 de la police fédérale annonce faire un pas de côté (vidéo)

André Desenfants quitte ses fonctions temporairement en attendant les résultats d’une enquête interne.

Temps de lecture: 3 min

Selon un article de Het Laatste Nieuws, le numéro 2 de la police fédérale, André Desenfants, va bientôt annoncer faire un pas de côté. Cette décision suit la révélation des circonstances de la mort d’un ressortissant slovaque, Jozef Schovanek, en 2018 à l’aéroport de Charleroi.

Le directeur général de la Direction générale de la police administrative (DGA) depuis 2017, le plus haut responsable de la police aéroportuaire de notre pays, va se retirer temporairement de ses fonctions en attendant les résultats de l’enquête interne.

« Je dois vous dire que j’ai été profondément choqué par tout ce que j’ai vu et lu ces dernières 24h dans la presse et qui s’est déroulé à l’aéroport de Charleroi je ne peux pas l’admettre ni le tolérer. Je n’étais pas au courant des informations divulguées. À partir du moment où j’en ai pris connaissance, j’ai immédiatement pris mes responsabilités et ai demandé au service de contrôle interne de diligenter différentes enquêtes » a-t-il annoncé lors d’une conférence de presse.

« J’ai donc demandé au commissaire général pour le temps que dure cette enquête sur le flux d’informations interne, de me remplacer dans mon mandat de directeur général ce qu’il a accepté. »

Le ministre de l’intérieur Pieter De Crem (CD&V) avait demandé que la police fédérale agisse de manière décisive et rapide. Cet après-midi, le sommet de la police fédérale était déjà en crise et se réunissait à nouveau. Résultat : André Desenfants – l’homme qui se trouve juste en dessous du chef de la police Mark Demesmaeker – fait un pas de côté.

Au-delà de l’instruction judiciaire en cours, la police fédérale a dit prendre l’affaire très au sérieux. L’agent qui a effectué le salut hitlérien n’est plus autorisé à effectuer des services opérationnels ou à être en contact avec le public, a-t-elle décidé mercredi.

Les faits remontent au 23 février 2018 à l’aéroport de Charleroi (BSCA). Le passager de 38 ans, Jozef Chovanec, avait posé des difficultés au personnel lors de son embarquement vers Bratislava, en Slovaquie. La police fédérale aéroportuaire avait été requise pour le maîtriser, mais le passager s’était rebellé sur le tarmac.

Placé en cellule dans les locaux de la police fédérale, il s’était porté des coups violents, obligeant les policiers à intervenir de nouveau pour le maîtriser. Lors de cette opération, l’individu avait fait un arrêt cardiaque. Il était décédé quelques jours plus tard.

Selon une avocate des proches de la victime, les images montrent une policière faire un salut hitlérien et d’autres agents rire. « Un des policiers s’est appuyé sur la victime pendant plusieurs minutes », selon Me Ann Van de Steen. Le parquet de Charleroi a indiqué que l’instruction judiciaire serait bientôt terminée.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

41 Commentaires

  • Posté par Deckers Björn, jeudi 20 août 2020, 22:28

    Petite question : Si le ministère de l'Intérieur qui a déjà de manière coupable (et il faudra désigner les barbouzes!!!) caché cette dérive invraisemblable pense pouvoir s'en tirer avec des mesurettes disciplinaires, comment osent-ils demander le respect des allochtones et personnes de couleurs dans les banlieues à Bxl et ailleurs??? Poser la question, c'est y répondre! Si on veut que la police soit respectée, elle doit être digne de respect. On est loin du compte! Il ne s'agit pas d'agiter le chiffon "facho" sur toute la profession, mais le nettoyage doit être fait de manière beaucoup plus systématique. A commencer comme je le dis ci-dessus par dénicher les incapables qui ont vu cette vidéo et n'ont pris aucune mesures disciplinaire!

  • Posté par Dupont Jean, vendredi 21 août 2020, 5:56

    C'est évident. Ils demandent le respect qu'il ne méritent pas et qu'ils n'ont pas.

  • Posté par D-huart Charles, jeudi 20 août 2020, 21:53

    Si faire un salut nazi dans cette fonction et dans de telles circonstances ne constitue pas une faute grave justifiant licenciement immédiat et sans indemnités , je ne sais pas ce qu’est une faute grave dans la police! Cette inertie coupable de la hiérarchie met à mal gravement la dignité de l'ensemble du corps de police globalement très méritant dans son rôle très difficile de nos jours.

  • Posté par Poullet Albert, jeudi 20 août 2020, 21:13

    De crem lui, il partira jamais ! aucun honneur, un sale type !

  • Posté par PAUL DECANT, jeudi 20 août 2020, 22:19

    TOI,TU AS L 'OEIL! PERSPICACE! AS TU REMARQUE QUE DANS CET ORGANIGRAMME LES POUBELLES SONT FAITES POUR S'ENCASTRER L'UNE DANS L'AUTRE?

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko