Accueil Belgique Politique

Négociations fédérales: comment Ecolo et le MR se sont rapprochés

Avec la désignation d’Egbert Lachaert par le Roi, c’est la coalition arc-en-ciel ou Vivaldi qui reprend des couleurs. Bleus et verts réunis, après les tensions entre eux et la distance quasi naturelle entre Ecolo et Open VLD ? Voici comment écologistes et libéraux se sont rapprochés depuis un an.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Politique Temps de lecture: 8 min

Les prémices datent de l’été dernier. Lorsque le gouvernement arc-en-ciel wallon se dessine et finit par allier rouges, verts et bleus. Programme et hommes ont bien dû se rejoindre. Même si ce n’est pas simple au jour le jour : libéraux et écologistes n’ont pas la même façon de travailler ; ils traversent parfois de sérieux orages, comme sur le dossier photovoltaïque, mais cela ne fonctionne pas si mal.

A l’époque déjà, les plus verts des libéraux et les plus libéro-compatibles des écolos regardent vers le fédéral. Là aussi, une coalition est à former. Là aussi, se disent-ils, il faudrait rapprocher leurs deux partis. Leurs deux familles politiques même, puisqu’entre Open VLD et Ecolo, le fossé est encore plus grand.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

32 Commentaires

  • Posté par Deckers Björn, vendredi 21 août 2020, 19:32

    Guy Ballez, "optimiste" mais avec beaucoup de mesure quand même. Je n'ignore pas que cette partie politique de la Flandre qui semble regarder à nouveau dans l'autres sens est lourdement minoritaire. Et pire que cela, si on allait revoter aujourd'hui, elle serait encore plus marginal. Une partie de la Flandre redécouvre les vertus du fédéralisme, au moins sur un plan théorique et même un peu plus puisque Groen et le VLD en ont fait avec le MR et Ecolo un motif non dissimulé mais au contraire affiché en commun pour refuser la démarche Magnette - De Wever. Mais vous avez raison, il y a loin de la coupe aux lèvres. Dave Sinardet, Meyrem Almaci, Rudy Aernoudt et Egbert Lachaert sont marginaux pour tout dire en Flandre. Et la plupart du temps, il se font traiter de mauvais flamands, puisqu'ils sont "à la solde des francophones de gauche qui pompent l'argent des travailleurs flamands". La caricature est grossière, outrancière, comme toujours venant des nationalistes et de l'extrême droite. Mais hélas, vous avez raison, là où l'on voulait croire les peuple guéris de ce type de propagande inflammable, il est démontré et de manière sinistre pas seulement en Belgique, loin s'en faut, qu'il n'en est rien. @Jules Vandeweyer, je me suis mal fait comprendre, je ne dis pas que Ecolo doit à son tour avoir des exclusives programmatiques, et vous avez raison, Ecolo-Groen doit avoir la conscience d'être à ce stade la 4ème famille politique, derrière le PS-SP.A, la NVA, le MR-VLD. Ce que je voulais dire, c'est que je trouvais réjouissant que les écologistes cessent d'être les petits frère écologistes du PS. Ils sont une tendance à part entière et doivent se définir comme tel, en capacité de parler autant avec le MR-VLD qu'avec le PS-SP.A. Et je pense aussi comme vous que l'écologie est une priorité et devrait être traité comme tel mais les électeurs, à ce stade, en ont décidé autrement.

  • Posté par Deckers Björn, vendredi 21 août 2020, 16:20

    Christian Collin, dans un pays compliqué comme le nôtre, il n'est pas qu'un seul axe (gauche/droite) autour duquel négocier. Tant s'en faut. On l'a vu il y a quelques semaines sur les questions de la dépénalisation de l'avortement qui fait appel au clivage entre conservateurs et progressistes. Mais on connait aussi l'éternel clivage flamands - francophones. Hors justement ici, Ecolo avec Groen et les libéraux ont trouvé un nouvel axe de discussions qui ne manquent en rien d'intérêt. Là où PS et NVA semblaient déjà s'entendre pour finir de dépecer la Belgique (chacun la sienne), un mouvement qui semblait prendre forme depuis quelques années dans une partie de la Flandre donne un angle nouveau à la discussion et cela particulièrement dans la période actuelle ou certains ont découvert que les obsessions institutionnelles ont enfanté un monstre administratif-politique à 9 ministres de la Santé (Savent même plus comment délimiter leur périmètre de compétence sans devoir faire appel eux même à une armée de cabinetards). Ainsi, pour une question d'efficacité d'action et de moindre coût, le VLD et le MR commencent à se demander à quoi ça rime cette gabegie et pose la question de l'efficacité de certaines refédéralisation (mobilité, énergie, environnement, mais également depuis quelques mois... santé), tandis que Ecolo et Groen qui ont toujours été la famille la plus unie du Parlement n'ont aucun gout pour cette division qui ne reflète en rien les intérêts de la cause écologique qui dépasse largement les frontières de clochers institutionnels belges. Par ailleurs, Ecolo-Groen se payent ici à juste titre le luxe de mettre un terme à une légende fruitière. Ecolo n'est pas une pastèque (vert dehors rouge dedans) mais une pomme, vert dedans comme dehors. Ils n'appartiennent à personne et le font savoir aussi bien aux électeurs qu'à Paul Magnette. Moi, je ne peux que donner raison à Jean-Marc Nollet et Meyrem Almaçi. Les écologistes ne sont la chapelle de personne. Aux autres de se positionner par rapport à l'écologie politique et non aux écologistes de se positionner par rapport aux autres.

  • Posté par Jules Vandeweyer, vendredi 21 août 2020, 17:01

    La rhétorique, c'est parfois ingrat. Vous êtes en contradiction avec vous même: "il n'y a pas un seul axe de discussion"; autrement dit chacun devra mettre de l'eau dans son vin et accepter de laisser tomber des exigences. Et à la fin: "... et non aux écologistes de se positionner par rapport aux autres.". Les écolos seraient donc en première ligne... Mais ils n'ont pas la main pour rédiger le programme. Par ailleurs, je pinaille un peu, mais une pomme verte dedans, cela n'existe pas! Je suis pourtant de votre avis. Non seulement, il conviendrait de tenir compte du dernier scrutin, mais il est midi cinq pour sauver la planète. Mais, l'Open VLD, comme la NVA, c'est la VOKA et la FEB, pour qui l'économie passe avant tout.

  • Posté par Ballez Guy, vendredi 21 août 2020, 16:48

    Voilà une bonne contribution, nuancée, structurée et non polémique que je ne peux qu'apprécier. Je crains (et j'espère me tromper) qu'elle ne soit un peu optimiste sur la sagesse et la clairvoyance de certains politiques. Vous pariez, en somme, sur une certaine maturité des électeurs, surtout flamands, et sur leur intelligence. C'est pas gagné! Mais il y a de l'espoir. Allez lire l'intervention de Rudy Aernouts dans l'Echo d'aujourd'hui sur le "ce que nous faisons seuls (les flamands) nous le faisons mieux. Je ne sais pas si son point de vue est très partagé en Flandre mais c'est la première fois que je vois une critique factuelle de ce point de vue.

  • Posté par Debrabander Jean, vendredi 21 août 2020, 15:38

    Bleus et verts font 47 sièges ! Même avec les oranges, cela fait 64 ... dès lors pourquoi s'obstiner ? Au vote !

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs