Accueil Opinions

Bruxelles, cette ville qu’on aime tant

Nous vivions sur une scène de comédie, non loin de Bossemans et Coppenolle. Nous voici contraints à entrer dans l’aventure dramatique. Ce n’est pas nous, ça !

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 4 min

Bon sang, qu’est-il advenu de la tendre et rieuse Bruxelles, qui jadis se gloussait des beaux esprits entre deux blagues de zivereïr ? Le ballet des hélicoptères, des berlines présidentielles et des sirènes de police lui donne aujourd’hui des airs de sinistre capitale. Voilà du sang qui coule. Jadis, ce n’était que du ketchup.

Nous vivions sur une scène de comédie, non loin de Bossemans et Coppenolle. Nous voici contraints à entrer dans l’aventure dramatique. Ce n’est pas nous, ça...

Déjà qu’on est avec le temps en train de perdre le dialecte de nos origines. Va-t-on maintenant perdre notre sens de l’humour ? Non... ce ne serait pas nous, ça. Ce serait en tout cas comme une trahison à la beauté bariolée de nos origines, flamandes, francophones, congolaises, espagnoles, italiennes, turques, marocaines…

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Visiteur, mercredi 23 mars 2016, 13:39

    Très beau texte, mais qui ne répond pas à la question : pour quelle(s) raison(s) le Bruxelles de 1976 a-t-il autant changé?

  • Posté par Jean-Jacques Coets, mardi 22 mars 2016, 22:16

    Je pense que nous avons le même âge...perdu !

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs