Accueil Monde Europe

Violentes attaques contre une clinique pédiatrique de MSF à Lesbos

Jeudi après-midi la clinique pédiatrique de MSF a Lesbos a été attaquée par des manifestants anti-migrants qui se sont rassemblés en opposition à la visite du Président pour inaugurer la nouvelle structure médicale gouvernementale contre le COVID-19.

Temps de lecture: 2 min

L’organisation médicale internationale Médecins Sans Frontières (MSF) condamne fermement les violentes attaques contre sa clinique pédiatrique et le nouveau centre gouvernemental COVID-19 l’extérieur du camp de Moria, sur l’île de Lesbos, ce jeudi 20 août. Des manifestants anti-migrants se sont rassemblés en opposition à la visite du président pour inaugurer la nouvelle structure médicale COVID-19.

« Pendant ces manifestations, un incendie a été déclenché à l’extérieur de la clinique pédiatrique et de santé sexuelle et reproductive de MSF, et a dû être éteint par le personnel de MSF, tandis qu’un petit groupe s’est rassemblé à l’extérieur, criant et menaçant nos équipes, et jetant des pierres vers la clinique où environ 50 personnes travaillaient pour soigner les femmes et les enfants du camp de Moria », indique Marco Sandrone, coordinateur du projet MSF à Lesbos dans un communiqué.

Aucun membre du personnel MSF n’a été blessé, mais un incendie a été déclenché près de la clinique, qui a été éteint par l’équipe de MSF, tandis qu’un petit groupe de manifestants violents menaçait et jetait des pierres dans la clinique où une équipe de 50 personnes soignait des femmes enceintes et des enfants.

« Dans quel monde vivons-nous, où les enfants et les femmes enceintes soignés par les médecins sont soumis à des jets de pierres ? Nos équipes médicales ont dû être évacuées en bus de la scène – il est tout simplement incompréhensible que de telles attaques puissent se produire dans n’importe et ce, dans n’importe quel cadre » clame Marco Sandrone.

Depuis quelque temps, MSF se dit témoin d’une augmentation des comportements agressifs à l’égard des demandeurs d’asile et des réfugiés, ainsi que des organisations humanitaires et des bénévoles qui ont été à plusieurs reprises ciblés et harcelés pour avoir simplement essayé de fournir une assistance aux groupes vulnérables de Lesbos. Cet incident met en évidence un symptôme pernicieux qui doit être traité maintenant, explique le communiqué de MSF.

Pour rappel, le 30 juillet dernier, Un centre d’isolement COVID-19 mis en place sur l’île de Lesbos par MSF a été forcé de fermer après que les autorités locales ont imposé des amendes, avec charges pénales potentielles, liées aux règlements d’urbanisme.

MSF appelle les autorités à prendre toutes les mesures nécessaires contre la rhétorique anti-migrants grandissante, l’agression et la violence qui circulent de plus en plus sur Lesbos, et à prendre immédiatement des mesures contre ceux qui ont harcelé et attaqué les acteurs humanitaires sans impunité.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par Dechamps Pascal , vendredi 21 août 2020, 22:46

    Mais quelle honte, aussi bien les débiles lanceurs de pierres et boutes-feu locaux que les ordures par procuration qui commentent sur le mode "les europeens n'en veulent plus"

  • Posté par De Meulemeester Paul , vendredi 21 août 2020, 20:23

    Je suppose qu'à Lesbos, Le personnel soignant grec de MSF soigne également les Grecs fragilisés par la crise et victime du Covid-19 et alors message passe mal auprès de de la population. donc amélioré l'information pour que les Grecs ne sentent pas ostracisés

  • Posté par Mordant Bruno, vendredi 21 août 2020, 20:05

    Quand des membres d'ONG se font agresser (voir tuer) en Afrique, on crie à la barbarie, aux peuples de sous-civilisés... Quand cela se passe en Europe, beaucoup trouvent des excuses aux mêmes actes criminels!

  • Posté par LIENARD NORBERT, vendredi 21 août 2020, 19:36

    Les européens n en veulent plus, il faudra bien un jour les écouter

  • Posté par Smyers Jean-pierre, vendredi 21 août 2020, 18:44

    Il faut dire que la solidarité des pays européens est nulle à chier. Et donc ce sont les endroits comme Lesbos ou Lampedusa qui se ramassent tout. Cela n'excuse pas le racisme, mais peut l'expliquer.

Plus de commentaires

Aussi en Europe

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs