Accueil Opinions Éditos

Vaccins: le grand défi de l’acceptation

« Le » vaccin anti-Covid va prochainement nous tirer d’affaire… Une affaire entendue ? Les écueils demeurent importants.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Economie Temps de lecture: 3 min

A priori, cela devrait être une affaire entendue : « le » vaccin anti-Covid va prochainement nous tirer d’affaire et nous permettre d’enfin retrouver une vie normale. Tout comme nous ne craignons plus d’être victime du tétanos ou de la coqueluche, nous ne devrions bientôt plus vivre dans l’angoisse d’être contaminé par un quidam dans le bus ou à l’occasion d’un mariage, voire par un membre de notre famille vivant sous notre toit.

Une affaire entendue, donc, à moins qu’il ne s’agisse pour l’instant que d’un vœu pieux ? Car les écueils demeurent importants. Le premier porte sur la perspective même de disposer d’un vaccin. La course est certes bien avancée mais nul ne peut garantir aujourd’hui que l’on disposera bel et bien de solutions efficaces et sans risques. C’est pourquoi les Etats veillent à s’en garantir l’accès auprès de plusieurs fournisseurs, toutes les recherches n ‘étant pas promises à succès.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par M. G., dimanche 23 août 2020, 9:35

    Il y a 10 jours, les médias clamaient haut et fort qu'il faudrait des mois, voire des années avant d'avoir un potentiel vaccin efficace. Et là on nous en sort un d'un chapeau magique, pouf, pif, paf, ploum, et ils voudraient injecter cela à la population ? Que nenni ..... ils peuvent toujours courir pour que l'on serve de cobaye ! Rien que lire ceci "Il estime qu’il ne faut pas cacher les incertitudes mais mettre en évidence tout ce qui est fait pour assurer le suivi de cette sécurité." .... bref, il s'agit bien d'être des cobayes ...

  • Posté par Slezingher , dimanche 23 août 2020, 0:55

    Dans les années 60, le vaccin contre la poliomyélite a été rendu obligatoire et en peu de temps la maladie a été éradiquée presque à 100%. On, ne l'aurait pas fait, les éternels opposants à tout seraient peur être polio maintenant.

  • Posté par Fontesse Philippe, samedi 22 août 2020, 20:45

    Normal pour quelqu'un travaillant dans le département pharmacie de défendre ce futur vaccin vu que celui-ci va sûrement lui rapporter beaucoup d'argent. Pourquoi tait on le fait que ce virus soit sorti d'un laboratoire pharmaceutique, parce qu'aussi non celui-ci devrait payer. Mais le plus grave,c'est que sur cette erreur de leur part, ils vont gagner de l'argent pour la vente du vaccin. Encore une fois, les gros lobbyistes se soudent les coudes et c'est nous qui allons payer de différentes manières: pertes d'emplois, pertes de proche, salariales, contraintes avec pertes de liberté,etc... Et tout cela avec l'accord des dirigeants de tous les pays, c'est vrai que pour eux, pas de problème, toujours les salaires faramineux, leurs avantages, leurs pots de vin, leurs nombreux mandats renumerer,etc...

  • Posté par Naeije Robert, samedi 22 août 2020, 20:41

    M Dechamps, clarifions. L'épidémiologie enregistre des incidences et des prévalences, dont les chiffres sont exposés à des biais, liés notamment à la taille des échantillons étudiés. On peut voir par exemple des incidences très élevées sur des échantillons de petite taille, non confirmés ensuite à plus grande échelle (c'est ce qu'on appelle en anglais l'effet "how long is the coastline"). Etablir une relation de cause à effet nécessite des protocoles d'étude cas/contrôle. C'est ainsi qu'on a pu établir que la proximité d'une centrale nucléaire n'expose pas à un risque accru de cancer (contrairement à ce que certains ont cru). Je reproche à M Dogné de tenir des propos ambigus et/ou incorrects sur le risque vaccinal (répétés d'ailleurs ce soir même sur RTL)

  • Posté par Dechamps Pascal , samedi 22 août 2020, 13:32

    Il est très important de déjà travailler le consommateur de santé lambda au corps. Il y eu dans ce journal une interressante opinion à propos de la tyrannie du risque zéro.

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs