Accueil Monde Europe

Coronavirus: record de nouveaux cas dans la région de Rome

Un tel niveau n’avait plus été atteint depuis le 28 mars.

Temps de lecture: 2 min

La région de Rome a enregistré en 24 heures un nombre record de nouveaux cas de coronavirus depuis le début de la pandémie, en majorité liés à des retours de vacances, ont annoncé samedi les autorités sanitaires.

Ces 215 nouveaux cas représentent « un nombre record », a commenté Alessio D’Amato, le responsable Santé du Latium, la région qui englobe la capitale italienne. Il faut en effet remonter jusqu’au 28 mars, en plein confinement, pour trouver le précédent record, qui s’établissait à 208.

Une majorité de jeunes asymptomatiques

« 61 % (de ces nouveaux cas) sont liés à des retours de vacances », a-t-il souligné, et plus spécifiquement 45 % (97 cas) concernent des retours de Sardaigne (sud), qui avait été épargnée par la première vague du virus mais où les allées et venues de touristes et fêtards peu précautionneux ont contribué à la diffusion du virus.

Les nouveaux cas concernent « en majorité des jeunes asymptomatiques », il faut donc « bloquer au plus vite la chaîne de transmission en retrouvant les asymptomatiques et éviter ainsi la diffusion du virus en milieu familial », a estimé Alessio D’Amato, qui a lancé « un appel aux jeunes : faites attention surtout à vos proches et aux personnes qui vous sont chères ».

« Si vous attendez des résultats de test, il faut rester chez soi et ne fréquenter personne. Ne vous sentez pas invincibles », a-t-il adjuré. « Je ne suis pas inquiet pour les cas positifs que nous sommes en train de découvrir, mais je le suis en revanche pour les effets que pourraient produire des transmissions en milieu familial si les règles de distanciation ne sont pas respectées ».

 

À lire aussi Coronavirus: la crise pousse les chefs étoilés italiens à se réinventer

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Smyers Jean-pierre, dimanche 23 août 2020, 14:04

    Ce qui me frappe dans l'approche italienne, c'est la capacité à identifier les clusters, à voir l'origine des contaminations. Pourquoi à Bruxelles, n'est-ce pas possible, et pas pris à bras-le-corps? Il ne s'agit pas de stigmatiser, mais de bien identifier pour mieux circonscrire.

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une