L’hôtel des stars à Los Angeles, Château Marmont, va devenir un club privé (photos)

L’hôtel des stars à Los Angeles, Château Marmont, va devenir un club privé (photos)
AFP

Havre de paix et terrain de jeu des stars depuis près d’un siècle, l’hôtel de luxe Château Marmont où se croisent célébrités tapageuses des années 80 et acteurs de l’âge d’or d’Hollywood, va se muer en établissement privé.

C’est dans cet hôtel néogothique, perché sur les hauteurs de Sunset Boulevard que Jean Harlow et Clark Gable ont vécu une passion torride, James Dean a décroché son rôle dans « la Fureur de vivre » s’introduisant dans la chambre du réalisateur Nicholas Ray et l’acteur John Belushi est mort tragiquement d’une overdose.

AFP

La résidence de sept étages est aussi connue pour ses fêtes huppées mémorables, de la soirée d’anniversaire de Leonardo DiCaprio pour ses 21 printemps en 1995 à celle orchestrée par le couple Beyoncé et Jay-Z après la cérémonie des Oscars en 2020.

Si l’établissement s’enorgueillit de trier ses clients sur le volet, protégeant leurs secrets envers et contre tout, il s’apprête à devenir encore plus exclusif, a expliqué son propriétaire, Andre Balazs, à l’AFP.

AFP

Le Château Marmont deviendra cette année un hôtel privé proposant un ensemble de services, notamment une salle à manger privée, du personnel dédié, et un espace de stockage à long terme à une poignée de membres détenteurs de parts dans l’hôtel.

« C’est comparable à un super yacht… Vous ne pouvez proposer ce type de services – et avoir des gens sur le pont – que s’ils sont soigneusement sélectionnés », explique M. Balazs, qui fut un temps le fiancé de l’actrice américaine Uma Thurman. Aucune information n’a encore été divulguée sur le coût d’adhésion.

AFP

L’idée de cette transition trotte depuis des années dans la tête de l’homme d’affaires originaire de Boston mais le processus s’est accéléré avec la pandémie de coronavirus.

« Le sens commun et un minimum de connaissance en matière de santé exigent que vous vous entouriez de moins de personnes », détaille-t-il. « En ce moment, cela vous permet d’être plus en sécurité, et d’entretenir des relations plus intéressantes. »

AFP

Le concept de clubs privés offrant des services exclusifs est davantage développé dans des villes comme Londres qu’à Los Angeles.

Le Château Marmont, qui mixe chambres avec cuisine et salon et bungalows, vise une clientèle d’élites artistiques et riches « essentiellement nomades » lassée des hôtels de luxe traditionnels, selon M. Balazs.

Face à cette privatisation, des critiques se sont toutefois élevées à Los Angeles, de la part de ceux craignant ne plus pouvoir dîner en face de leurs célébrités préférées.

AFP

« Il y aura toujours une dimension publique » au Château Marmont, rassure M. Balazs, « probablement le restaurant… et peut-être (y aura-t-il) aussi un aspect public dans certaines salles ».

La propriété « est autant, voire plus un symbole d’Hollywood que les lettres Hollywood elles-mêmes… la rendre inaccessible n’est pas la bonne chose à faire », ajoute celui qui l’a acquise en 1990.

Et pourtant le Château Marmont « est depuis longtemps un club VIP qui fait semblant d’être accessible au public », souligne le producteur Shawn Levy dans les colonnes du Los Angeles Times.

AFP

« L’injection de frais d’adhésion et de cotisations de membres constituerait une aubaine en or pour le Château, qui comme la plupart des hôtels, a souffert pendant la pandémie », note aussi M. Levy, auteur d’un livre sur l’établissement, baptisé « Castle on Sunset ».

La majorité du personnel de l’hôtel a été licencié en mars, reconnaît son patron, qui a versé 100.000 dollars à une collecte de fonds pour les employés.

Avec ce projet, le nouveau Château Marmont opère un retour aux sources. Achevée en 1929, la résidence a été conçue comme un complexe d’appartements haut-de-gamme, inspirée du château français d’Amboise dans la vallée de la Loire.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le Dr Coppiters est professeur de santé publique à l’Université libre de Bruxelles.

    Yves Coppieters au «Soir»: «On a les fondements d’une troisième vague»

  2. Francophone et francophile, Armin Laschet est ministre-président du Land voisin de la Wallonie, la Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

    En élisant Armin Laschet à la tête de la CDU, la droite allemande choisit la continuité

  3. Airbus (à l’avant-plan) et Boeing (à l’arrière), deux géants à la peine.

    Le Covid n’aura pas épargné la guerre Airbus-Boeing

La chronique
  • La chronique Carta Academica: «Vers des soins de santé durables en Belgique? Un monde en mutation»

    La pandémie de Covid a cruellement mis en évidence les dysfonctionnements de notre système de soins de santé. Si les soignants de terrain se sont jetés corps et âme dans la lutte contre la maladie, ils ont rarement eu les moyens d’y faire face adéquatement et en sécurité. Les conséquences pour la population sont énormes. La complexité de notre fameuse « lasagne institutionnelle », le sous-financement des soins et l’absence d’anticipation de crises sanitaires pourtant prédites par de nombreux spécialistes, y ont largement contribué. Il semble qu’actuellement, la volonté politique de remédier à ces difficultés existe. Le temps est donc venu d’ouvrir le débat sur les objectifs et l’organisation des soins de santé du futur (proche).

    Par ailleurs, nombreuses sont les voix qui se sont élevées pour demander que nous prenions collectivement la mesure de l’avertissement sévère que nous adressent l’...

    Lire la suite

  • Apprendre à vivre malgré, pas sans le virus

    Très difficile. Pour tout le monde. La lutte contre le coronavirus est décidément réservée à des athlètes de compétition. Depuis des mois en effet, c’est comme si on reculait la ligne d’arrivée à chaque fois que nous commençons à l’envisager. Ce fut d’abord la deuxième vague à la fin de l’été, alors qu’on pensait reprendre une vie quasi normale. Ce fut ensuite ce décembre maudit où les réveillons ont été reportés aux calendes grecques. Et ce sont aujourd’hui les « variants » venus de Grande-Bretagne, d’Afrique du Sud et surtout...

    Lire la suite