Accueil L’instant techno

Le «web-scrapping», une pratique dangereuse mise dans de mauvaises mains

Des listes de noms, d’adresse mails et de pseudos, voire de numéros de téléphone rassemblés en ligne. Une aubaine pour des malfaiteurs voulant lancer des campagnes de phishing ou d’arnaques.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au pôle Multimédias Temps de lecture: 3 min

TikTok, Youtube ou encore Instagram, les réseaux les plus populaires chez les jeunes, sont touchés. Sur ces trois réseaux sociaux, ce ne sont pas moins de 235 millions de profils qui se sont retrouvés accessibles à tous.

C’est une équipe de chercheurs de Comparitech, un cabinet d’analyse en cybersécurité, qui a sonné l’alarme. Ils ont découvert le 1er août dernier que quatre bases de données étaient accessibles en ligne. Sur un serveur, accessible à tout un chacun et non sécurisé, un peu moins de 200 millions de comptes Instagram, une quarantaine de millions de comptes TikTok, et quatre millions liés à Youtube. Les équipes de sécurité informatique de Comparitech ont également retrouvé trois autres serveurs contenant des copies de ces données. Eux aussi accessibles.

Ces bases de données étaient gérées par Social Data, une société de conseils et de marketing sur le phénomène des influenceurs et les réseaux sociaux.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en L’instant techno

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs