Accueil Monde États-Unis

Comment Trump espère transformer le désastre sanitaire en success-story et assurer sa réélection

Dos au mur face à un rival démocrate placide et serein, le président sortant a façonné une convention virtuelle à sa main, et projette d’user un langage apocalyptique pour réveiller ses supporters dans le doute.

Article réservé aux abonnés
Correspondant aux Etats-Unis Temps de lecture: 4 min

La lumière des projecteurs, pour enfin lancer une course présidentielle tout sauf haletante, par la faute du coronavirus. A l’orée de la convention républicaine qui s’ouvre virtuellement ce lundi, à cheval entre Charlotte (Caroline du Nord) et Washington, Donald Trump est en colère. Contre le « virus chinois », pour l’essentiel, qui lui a gâché son année de campagne pour une réélection qu’il pensait acquise, croissance et prospérité obligent. 180.000 Américains sont morts, près de 6 millions ont été contaminés, 14,8 millions pointent au chômage depuis mi-mars, et la seconde vague de la pandémie menace de surgir dans un pays terrassé par la première.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Cuypers Jan, mardi 25 août 2020, 13:07

    Le ridicule ne tue pas aux états unis , car il ne porte pas d'uniforme.

  • Posté par Denoel Xaviet, lundi 24 août 2020, 14:43

    La meilleure tactique de Biden c'est de se taire. Dès qu'il parle, il perd des points dans les sondages. C'est sans doute pour cela qu'on lui a conseillé de rester sagement dans son bunker, masqué, sous le prétexte de la crise sanitaire. On lui a certainement aussi fait observer que les quelques bêtises de Trump suffisaient pour le faire progresser dans les sondages. Alors, pourquoi en faire plus ? Par contre, dans les semaines à venir, il ne pourra plus avancé masqué. Il va y avoir du spectacle ...

  • Posté par DUHARD Jerome, lundi 24 août 2020, 13:54

    Nouvelle erreur de français du Soir : "...et projette d’user un langage apocalyptique.." au lien de" ..et projette d’user d'un langage apocalyptique..". Une lettre et une apostrophe qui font une grande différence...

  • Posté par Monsieur Alain, lundi 24 août 2020, 8:56

    L'imprécation du journaliste - bien dans le ton européen - suffit pour nous bercer d'illusion - ne suffira pas pour éviter l'imaginable.

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs