Accueil Opinions Cartes blanches

«Madame la Première Ministre, souvenez-vous en, les poèmes ont jadis renversé des empires»

Le poète et metteur en scène Aurélien Dony adresse un texte fort à Sophie Wilmès et à son gouvernement pour mettre des mots sur la souffrance des artistes.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Madame la Première Ministre,

Vous tous là-haut,

Vous toutes si loin,

Voilà. C’est l’heure. Fallait que je m’y mette. Y’a quelque temps que ça me brûle les doigts. Quelque part, à l’intérieur, ça cogne, ça s’incendie, ça se déchire. Fallait que je l’écrive. Que je vous l’écrive.

Fallait que ça se dise.

Fallait, je crois, dire quelque chose de nous.

J’ai été nommé par personne. Je suis le porte-parole de rien. Je vous écris de mon train. Un peu comme ça. La rage au cœur. C’est tout. Je suis nommé, désigné par ma rage. Poussé dans le dos par des mots-feu que je réprime pas.

Et mes mots-feu, peux pas, je crois, les structurer.

Ce serait trop simple et puis trop beau.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Elleboudt André, mardi 25 août 2020, 12:33

    Oui, trois fois oui. Oui, mille fois oui. Oui mais non à cette manière d'ignorer de mal traiter.

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs