Accueil Belgique

Supérieur: «Cette période délicate va marquer davantage le parcours des étudiants»

Dans le supérieur, les enseignants s’attendent à voir débarquer une promotion présentant des lacunes sur les matières de base et sur la possession de certains « codes »

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 4 min

Pas de remédiation imposée à la rentrée des hautes écoles et universités. Ainsi en a logiquement décidé la ministre compétente Valérie Glatigny (MR). Parce que l’enseignement supérieur n’a rien d’obligatoire dans le cursus belge. Et parce qu’aussi de nombreuses institutions mettent depuis longtemps en place des initiatives préparant les élèves de rhéto à ce grand saut vers l’inconnu. Par contre, Covid oblige, elles sont nombreuses à avoir renforcé leurs dispositifs. On parle désormais d’applications de remise à niveau interactive, de tests diagnostic avec remédiation, de coaching personnel offert par des étudiants de seconde… On parle aussi de semaines préparatoires suivies avec beaucoup plus d’assiduité que les autres années. Sera-ce suffisant ? Nous avons posé la question à Nicolas Marquis, chercheur et enseignant à l’Université Saint-Louis Bruxelles, spécialiste de l’échec.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Paul Lannoye, un des fondateurs d’Ecolo, est décédé

Né en 1939, Paul Lannoye était docteur en astrophysique, diplôme décroché à l’Université libre de Bruxelles. En 1975, il fonde la section belge de l’association « Les Amis de la Terre » et participe à la création du parti Ecolo en 1980.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs