Accueil Société

Coronavirus en Belgique: la plus forte augmentation de cas observée dans le Hainaut

L’obligation d’avoir un masque sur soi devient obligatoire dans la province wallonne à partir de mercredi midi.

Temps de lecture: 5 min

Le nombre moyen de contaminations par le coronavirus en Belgique est passé à 490,3 par jour entre le 16 et le 22 août, ce qui représente une baisse de 8 % par rapport à la semaine précédente, ont indiqué mercredi les porte-parole interfédéraux Covid-19 en conférence de presse. À Bruxelles, c’est l’inverse : les infections ont augmenté au cours de la même période. Le nombre de décès a, lui, été revu à la baisse après une précision des données récoltées.

La baisse du nombre de cas positifs ralentit cependant par rapport aux dernières semaines, a nuancé la porte-parole francophone, Frédérique Jacobs.

La plus forte augmentation est néanmoins enregistrée dans le Hainaut, où en moyenne 47 nouveaux cas ont été détectés chaque jour (+35 % par rapport aux semaines précédentes). Le Hainaut rejoint ainsi la région de Bruxelles-Capitale et Anvers dans le top 3 des provinces les plus touchées.

Avoir un masque sur soi deviendra d’ailleurs obligatoire dans toute la province du Hainaut à partir de mercredi midi, annonce le gouverneur Tommy Leclercq dans SudPresse. La vente et la consommation d’alcool seront également interdites sur les aires autoroutières entre 22h et 6h.

Hausse des contaminations à Bruxelles

À Bruxelles, on observe même une hausse des contaminations. En moyenne, 128 personnes ont contracté le virus chaque jour (+7 %) durant la semaine écoulée. L’augmentation est visible dans 14 des 19 communes bruxelloises, principalement à Bruxelles-Ville, Schaerbeek et Molenbeek.

« C’est un schéma que l’on observe beaucoup en ce moment dans les grandes villes d’autres pays, comme à Madrid, Paris, Amsterdam ou Rotterdam », a expliqué Steven Van Gucht, porte-parole interfédéral néerlandophone.

« Bruxelles est la plus grande ville de Belgique, c’est également la plus complexe. Son territoire est très diversifié et de nombreuses cultures et communautés linguistiques y cohabitent. Sa densité de population est en outre particulièrement élevée et, située au cœur de l’Europe, ses habitants sont extrêmement mobiles. Cela se répercute assez logiquement sur les chiffres », a illustré le virologue.

« Au vu du nombre d’hospitalisations et de décès, la situation reste gérable mais il est important que le nombre de contaminations soit contenu » dans la capitale, a-t-il ajouté.

À l’inverse, la situation s’améliore à Anvers avec 105 nouveaux cas par jour cette dernière semaine, soit 24 % d’infections en moins par rapport à la semaine précédente.

Le Limbourg et le Brabant flamand font également face à une hausse des contaminations (+15 %), tandis que ces dernières diminuent dans les autres provinces. Le nombre total de contaminations en Belgique s’élève désormais à 82.447, contre 82.092 auparavant. L’incidence, soit le nombre de cas enregistrés pour 100.000 habitants, est de 62,4 en deux semaines.

Concernant les hospitalisations, le nombre d’admissions est passé de 18.895 à 18.907. La tendance à la baisse se poursuit avec en moyenne 22 hospitalisations par jour durant la semaine écoulée, contre 30 au cours des semaines précédentes. « La majorité des nouvelles admissions ont toujours lieu à Bruxelles et Anvers, malgré une légère diminution », a précisé Mme Jacobs.

Chaque jour, 6,7 personnes sont décédées en moyenne des suites du Covid-19 entre le 16 et le 22 août. C’est moins que les 10,4 décès quotidiens enregistrés au cours des précédentes semaines et qui pourraient être liés à la canicule, ont rappelé les porte-parole interfédéraux.

Statistiques de décès revues à la baisse

Les statistiques de décès dus au coronavirus en Belgique ont par ailleurs été revues à la baisse ce mercredi, avec la disparition de 121 cas. Certains décès survenus dans les maisons de repos flamandes au cours de la première vague de la pandémie ont en effet été comptabilisés plusieurs fois.

« Ces décès sont enregistrés par les agences régionales. En Flandre, il s’agit de l’Agence des soins et de la santé. Depuis le début de l’épidémie et jusqu’au 2 juin, cette dernière a collecté des informations groupées, avec relativement peu de détails sur les causes de décès liés au Covid-19 », a expliqué Mme Jacobs. Parmi ces données manquantes : l’âge, le sexe et la date exacte du décès.

Récemment, l’agence flamande a demandé à 830 centres d’hébergement pour personnes âgées (822 en Flandre et 8 à Bruxelles) de préciser ces données. « Sciensano a vérifié ces informations et les a comparées à celles déjà disponibles : 352 nouveaux décès liés au coronavirus ont été ajoutés et 473 ont été supprimés » des statistiques, a ajouté la virologue. Parmi ces derniers, certains décès avaient été signalés deux fois : par l’hôpital puis par la maison de repos, d’autres n’étaient pas liés au Covid-19.

D’autres corrections sont encore possibles à l’avenir mais, si c’est le cas, elles seront plus limitées, estime Mme Jacobs. « Le mode de rapportage des chiffres diffère entre Régions. Il a fallu procéder à des réajustements en Flandre lorsque de nouvelles précisions ont été connues. Ce n’est pas le cas pour Bruxelles et la Wallonie, où ces détails étaient d’emblée disponibles », a-t-elle exposé. « A priori, les chiffres actuels semblent le plus proche possible de la réalité. »

Selon les nouvelles données, 9.878 personnes ont perdu la vie des suites du Covid-19, contre 9.996 encore comptabilisées mardi. En outre, le pic de l’épidémie a été avancé de quatre jours, soit au 8 avril. Ce jour-là 321 personnes ont perdu la vie des suites du Covid-19 en Belgique.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Deswaene Bruno, mercredi 26 août 2020, 21:55

    Sérieusement, vous n’avez pas honte d’écrire un titre Putaclic comme cela ?

  • Posté par Coulon Michel, mercredi 26 août 2020, 20:08

    dans les contaminés du hainaut, n'y a t'il pas des navetteurs obligés de se jeter dans la gueule du loup a bruxelles?

  • Posté par P AR, mercredi 26 août 2020, 14:41

    Le masque bien au chaud dans une poche (désolé je ne me balade pas encore avec un sac à main) ou pas mieux sur le cou . Bien au chaud les bactéries vont apprécier. Qu'en pensent les médecins?

  • Posté par G Jean Luc, mercredi 26 août 2020, 15:25

    A mon avis, il est bien au chaud mais moins bien au sec (mais il ne faut pas m’appeler docteur ;-) )

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko