Accueil Société

Surmortalité: la Belgique parmi les pays les plus touchés par l’épidémie de Covid-19

Patrick Deboosere et Raphaël Lagasse insistent : il s’agit là du critère le plus pertinent pour se lancer dans des comparaisons internationales.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

Non, la Belgique n’est pas en tête des classements pour la mortalité. Et les chiffres le prouvent ! » Début mai, Raphaël Lagasse prend la plume. L’épidémiologiste de l’ULB n’en peut plus : « Je trouvais ces comparaisons maladroites et injustifiées scientifiquement ». Et d’avancer deux arguments : « La manière de comptabiliser la mortalité est très différente d’un pays à l’autre, ce qui amène à comparer des pommes et des poires. Et puis, la Belgique est un petit pays, la totalité du territoire est touchée par l’épidémie, alors qu’en Italie ou en France, seules certaines régions le sont. Quand on ramène le nombre de morts sur la population totale, il ne faut pas oublier de préciser si la situation épidémiologique est homogène dans le pays ou pas. » Cette sortie vaut à son auteur une commande, émanant de la chancellerie du Premier ministre : un bilan scientifique de l’impact du Covid. De quoi redresser, potentiellement, l’image sanitaire de la Belgique ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par Cho R, vendredi 28 août 2020, 16:35

    Si j'avais 25 ans, j'irais habiter ailleurs. Ce pays est un bateau sans gouvernail et sans capitaine. L'avenir de ce pays ne peut être que sombre.

  • Posté par Vandermosten Emeline, vendredi 28 août 2020, 15:38

    Un indicateur qui serait également intéressant c'est la surmortalité par région chez les MOINS de 65 ans. Sans être cynique, c'est quand même ça le plus important.

  • Posté par DE WILDE PHILIPPE, samedi 29 août 2020, 0:11

    c'est un peu simpliste . le confinement , le ralentissement de l'activité économique diminuent la mortalité dans ces tranches d'âge laborieuses. Vous confinez les gens de moins de 60 ans pendant six mois la mortalité diminuera . Après 6 mois vous aurez plus de suicides et plus de morts violentes.

  • Posté par ipersiel philippe, vendredi 28 août 2020, 13:51

    On explique depuis le début que c'est la proximité qui permet à ce virus de se propager. La carte montre très bien que les zones densément peuplées sont les plus touchées. Il est évident que notre pays, à la densité très forte ne pouvait qu'être fortement touché! Je ne vois pas où la taille de notre pays pourrait être un atout. Certes, il ne faut pas avoir fait Math forte pour comprendre qu'il serait plus simple de prendre des décisions en petit comité qu'avec 56 gouvernements et une panoplie de Ministres de la Santé (sans réel pouvoir). Mais est-ce que cela aurait changé les chiffres du simple au double (ou plutôt de moitié ici)? Mettre tous les maux de la terre sur le politique, les spécialistes... n'a aucun sens mais c'est toujours plus simple de remettre la faute sur les "autres" plutôt que de prendre ses responsabilités et se demander "qu'est-ce que j'aurais dû faire?" et "Que ferais-je si cela recommence?" (à commencer peut-être par voter intelligemment, car qui sème le vent récolte la tempête). Ce qui semble aussi clair c'est que nous n'avons pas réussi à protéger nos aînés en maison de repos. Cela étonne quelqu'un?

  • Posté par Coulon Fabien, vendredi 28 août 2020, 13:45

    Quand on regarde la carte et le corridor rouge-orange depuis les Pays-Bas jusqu'à l'Italie du Nord, une chose me saute aux yeux: l'Allemagne est quasi indemne de surmortalité alors qu'elle a une structure de population, une urbanisation et une pollution comparable (pas la même) à ce corridor. Que s'est-il passé chez eux que nous n'avons pas su mettre en place? Cela doit être multifactoriel pour qu'il y ait une telle différence d'impact. Commander une étude pour savoir ce qu'il s'est fait de mieux ailleurs serait sans doute intéressant afin d'éviter de reproduire les mêmes bêtises si une vraie deuxième vague devait advenir. Où alors les Allemands mentent et le nuage Covid s'est arrêté aux frontières comme le nuage radioactif de Tchernobyl... On me retorquera la qualité du testing et du tracing, la mentalité germanique associée au civisme plus développé que chez nous mais rien ne nous prouve que ça existe où que ça ait pu influencer quoi que ce soit. Y'a-t-il eu des facteurs environnementaux ?(alimentation, immunité mieux développée que chez nous, organisation des maisons de repos et de soins, habitudes culturelles d'hygiène, explications adéquates et non-infentilisantes de la part du politique, pari de croire en l'intelligence des gens plutôt que d'imposer des mesures coercitives d'enfermement collectif pouvant mener à une plus grande circulation du virus entre gens confinés,...) Beaucoup de pistes à dégager et qui n'ont, me semble-t-il, pas encore été explorées ni même envisagées.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs