Accueil Monde États-Unis

A la Convention républicaine, Trump se déchaîne contre Biden, «cheval de Troie» de l’extrême-gauche

Le président sortant s’est livré à une critique acerbe de son rival démocrate Joe Biden, acceptant depuis la Maison Blanche l’investiture du Parti républicain en vue de l’élection du 3 novembre.

Article réservé aux abonnés
Correspondant aux Etats-Unis Temps de lecture: 5 min

Quel est le nom de ce bâtiment ? sourit Donald Trump, à la fin d’un discours fleuve d’investiture, qui s’étire depuis près de 90 minutes sur la pelouse illuminée de la Maison Blanche. Attendez, je vais vous le dire autrement : c’est qui nous y sommes, pas eux. C’est un endroit merveilleux, et nous nous y sentons comme chez nous. Comme à la maison ».

Les protestations, bien sûr, n’y ont pu mais. La loi proscrit pourtant l’utilisation de bâtiments fédéraux à des fins électorales, mais le 45e président des Etats-Unis n’en a cure. Il abat un atout qu’aucun président américain avant lui n’avait jamais osé sortir de sa manche : user sans états d’âme du décor grandiose de la résidence exécutive au 1600 Pennsylvania Avenue, pour célébrer son investiture partisane avant une élection contestée.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

19 Commentaires

  • Posté par Guidé patrick, vendredi 28 août 2020, 23:14

    du vent et du délire sans preuves

  • Posté par Surmont Willy, vendredi 28 août 2020, 20:39

    Comment des gens dits intelligents peuvent admirer ce clown menteur et incapable de la moindre empathie ! En moins de quatre ans, il a mis l' US dans une situation marginale et déroutante qui la met au banc des nations sensées!

  • Posté par Meunier Françoise, vendredi 28 août 2020, 12:29

    Sait-il seulement ce que signifie "cheval de Troie"? Ce serait étonnant au vu de sa totale inculture. Il est plus probable que quelqu’un de son entourage lui a soufflé et expliqué à quel moment il devait en parler. Et, comme il a de la chance, c'est tombé au bon moment.

  • Posté par Franc Jean-Pierre, vendredi 28 août 2020, 10:48

    C'est vrai qu'il s'y connait en cheval de Troie de l'extrême gauche. Nul ne peut ignorer que le camarade Donald est un fervent admirateur de Poutine et de Kim Jong-Un. Et puis, après avoir été lamentable contre le coronavirus, nous savons tous (ou presque) qu'il est atteint par divers virus, celui de l'égocentrisme, celui du machisme de bas étage, celui de la stupidité et j'en passe. Pauvre Etats-Unis, comment en sont-ils arrivés à mettre à la maison blanche un prince des télé-réalités ?

  • Posté par Van Obberghen Paul, vendredi 28 août 2020, 11:29

    Poutine est le président à vie de la Russie, mais celle-ci n'est plus communiste depuis 30 ans. Mais il est un fait que Trump est un grand admirateur de tous les dictateurs, qu'ils soient de gauche ou de droite. Admirateur et... jalou! Une dictature (d'extrême droite en l'occurence, donc fasciste) est ce que Donald Trump rêve pour lui, ses quelques amis, et accessoirement l'Amérique.

Plus de commentaires

Aussi en USA

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs