Accueil Opinions Cartes blanches

«Affaire Chovanec: l’insoutenable légèreté de nos dirigeants»

La Belgique n’a toujours pas mis en place un mécanisme de prévention indépendant pour prévenir et combattre les abus, les mauvais traitements et la torture dans tous les lieux de détention. Ce n’est pas acceptable.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Maintenant que les faits sont connus du grand public, les questions concernant la mort de Jozef Chovanec dans une cellule de la police de l’aéroport de Charleroi ne cessent de s’accumuler.

La « responsabilité politique » est devenue une interrogation majeure depuis la session des commissions de la justice et des affaires intérieures de la Chambre. Qui savait quoi, quand et qui a dit quoi à propos de quoi ? Il s’agit évidemment de questions importantes, mais la responsabilité politique dans ce domaine va plus loin. Beaucoup plus loin. Le nom de Jozef Chovanec s’inscrit dans une longue lignée de victimes.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

16 Commentaires

  • Posté par Janssens , samedi 29 août 2020, 10:28

    Mais nous n'avons plus ou pas de dirigeants

  • Posté par B Thomas, samedi 29 août 2020, 9:28

    Est-ce que l'on peut se concentrer sur les causes du décès et enfin savoir si c'est l'intervention des policiers, les blessures que s'est auto-infligé l'individu ou une défaillance de son organisme qui en sont à l'origine ? Aussi minable que soit ce salut nazi, il n'a pas causé la mort de Jozef Chovanec.

  • Posté par Frippiat Yves-Marie, samedi 29 août 2020, 8:57

    Je ne sais pas, pour ma part, ce qui s'est exactement passé lors du déplorable épisode de janvier 2018 et de ses suites administratives. Le déferlement de dénonciations indignées auquel on assiste depuis quelques jours suggère que beaucoup savent, ou du moins parlent et agissent comme s'ils savaient. À l'évidence, les procès médiatiques sont infiniment plus rapides que les procédures judiciaires. Et ils ne s'embarrassent pas de présomption d'innocence.

  • Posté par Frippiat Yves-Marie, samedi 29 août 2020, 9:21

    Lire: "février2018".

  • Posté par Deckers Björn, vendredi 28 août 2020, 19:11

    Lilien Raymond, en cherchant les infos sur poubelle.net et facebook (ce qui revient au même), on peut trouver ce qu'on veut. Même l'avocat de la policière ne nie pas les faits et place ceux-ci sur le compte de la "jeunesse" de l''intéressée. Il va de soit que si votre "infox" avait ne serait-ce qu'un soupçon de vérité, cet argument aurait été utilisé par la défense de la policière. Bref, votre infox est frelatée et je vous soupçonne d'ailleurs de la savoir parfaitement vous même. A l'image de l'extrême droite en cette époque sinistre, vous participez pleinement à réécrire une "vérité" parallèle, à coups de fake news qui ne tiennent même pas la route. Parlez, parlez,il en restera toujours quelques chose, le concept n'est pas nouveau. Mais heureusement, on commence à vous démasquer.

Plus de commentaires

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs