Accueil Monde Amériques

Le Brésil durcit sa réglementation sur l’avortement en cas de viol

La femme désirant avorter devra également « raconter en détail » ce qui s’est passé, et sera avertie qu’elle risque des poursuites judiciaires si elle ne peut pas prouver ses dires.

Temps de lecture: 2 min

Le Brésil a posé vendredi de nouvelles exigences pour l’accès à l’avortement des victimes de viol, avec notamment l’obligation pour le personnel médical de proposer à la femme de voir l’embryon ou le fœtus par échographie.

La femme désirant avorter devra également « raconter en détail » ce qui s’est passé, et sera avertie qu’elle risque des poursuites judiciaires si elle ne peut pas prouver ses dires.

Enfin le viol sera obligatoirement signalé à la police avec dépôt de plainte, que la femme le veuille ou non.

L’Église très puissante

Le Brésil, dirigé par le président d’extrême droite Jair Bolsonaro, et où les églises catholiques et évangéliques conservatrices sont particulièrement puissantes, n’autorise l’avortement qu’en cas de viol, danger pour la vie de la femme ou problèmes congénitaux graves du fœtus.

Même ces exceptions sont mal acceptées par la droite religieuse.

Ces nouvelles normes ont été émises par le ministère de la Santé à la suite de protestations début août autour du cas d’une fillette de 10 ans affirmant avoir été violée par son oncle, et à qui les autorités de son Etat natal, Espirito Santo, ont refusé l’avortement.

Elle a finalement pris l’avion pour la ville du nord-est Recife, où elle a pu avorter, non sans avoir dû traverser devant l’hôpital une violente manifestation d’extrême-droite.

L’identité de la fillette et de l’hôpital avaient été transmises aux manifestants par la militante d’extrême droite Sara Winter, partisane farouche de Bolsonaro qui est liée à la ministre de la Femme Damares Alves, une pasteure évangélique.

Restriction dénoncées

Les nouvelles restrictions ont immédiatement été dénoncées par les partisans du droit à l’avortement.

« Je viens de présenter un projet de loi pour bloquer ce décret, qui est un obstacle pour l’avortement légal et représente une violence psychologique contre les femmes », a notamment twitté la députée de gauche Jandira Feghali.

Seize députés ont également écrit à la responsable des droit humains à l’ONU, Michelle Bachelet, lui demandant d’intervenir au nom de la protection des droits de la femme.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Desmet Marc, samedi 29 août 2020, 14:41

    Le Brésil à voté, il faut assumer. Encore un pays où j'attendrai le temps qu'il faut pour y mettre les pieds... La liste s'allonge tous les ans, et si un jour c'est comme ça en Belgique Bye Bye!

  • Posté par COURARD DIDIER, dimanche 30 août 2020, 16:57

    Partout dans le monde et même en Belgique, le niveau d'instruction est en baisse et ce déclin est lié à l'émergence de dirigeants populistes et autoritaires qui profitent de la bêtise et de la crédulité de la population pour s'imposer et si en plus le religion s'en mêle, on retourne tout droit au moyen âge. Si on veut contrer des Trump, Bolsonaro, Orban et autres Erdogan, il faut tout miser sur l'enseignement et la culture et ouvrir les esprits de nos enfants et de nos jeunes.

Plus de commentaires

Aussi en Amériques

Décodage Canada: les Britanniques prennent pied dans l’Arctique

Les Britanniques sont de plus en plus présents dans l’Arctique grâce à une coopération avec le Canada. Les deux pays scellent de nombreux accords, alors que les menaces russe et chinoise se multiplient dans une zone qu’Ottawa ne peut défendre seul.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs