Accueil Belgique Politique

Crise sanitaire: le Covid s’invite au Parlement wallon

La commission spéciale chargée d’évaluer la gestion, par le gouvernement wallon, de la crise sanitaire, démarre ce lundi.

Article réservé aux abonnés
Cheffe Bruxelles Temps de lecture: 2 min

La crise sanitaire, c’est l’affaire de tous les exécutifs du Royaume… Elle fera donc l’objet, non pas d’une, mais de plusieurs commissions spéciales. Pourquoi pas une seule instance chargée d’évaluer la gestion de chaque niveau de pouvoir, mais aussi la cohérence, la complémentarité entre eux ? Parce que les partis en ont décidé ainsi. Avec le risque que, dans chaque hémicycle, un ministre en difficulté se défausse sur l’échelon d’en haut ou d’en bas… Et que, pour les innombrables dossiers partagés entre Régions, Communautés et fédéral, des questions restent sans réponse. On songe (notamment) aux masques, aux tests, au traçage, à la quarantaine, au matériel de protection pour le personnel soignant, etc.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Cho R, lundi 31 août 2020, 17:09

    La privatisation des maisons de repos, sans véritable contrôle de l'Etat, durant les dernières années est certainement une des causes de l'hécatombe. Les maisons de repos sont un vrai business générant de plantureux revenus accumulés dans les paradis fiscaux. Il est criminel de confier au secteur privé des activités relevant du soin aux personnes âgées dans le seul but de réduire les dépenses publiques ; la recherche du maximum de rentabilité implique nécessairement de limiter au minimum toutes les charges, de personnel et de matériel notamment, ce qui en cas d'épidémie, ne peut que gonfler le nombre de décès des personnes suite à un manque de soins. La ministre socialiste en charge des maisons de repos et de la prévention en matière de santé publique devrait depuis longtemps avoir remis sa démission.

  • Posté par Moriaux Raymond, lundi 31 août 2020, 16:48

    Je suis curieux de voir jusqu'où les investigateurs remonteront (ou redescendront) l'arbre de l'enchaînement des causes ... Mieux vaudrait en tout cas qu'ils ne s'arrêtent pas en décembre 2019. 2013 me semble un strict minimum.

  • Posté par Bartet Guy, lundi 31 août 2020, 16:46

    C'est sûr qu'en multipliant les commissions on risque fort de voir nos éminences jouer à "c'est pas moi c'est l'autre", sans pouvoir tire aucune conclusion ni leçon pour l'avenir. À croire qu'ils le font exprès pour nous pousser à bout.

  • Posté par Coulon Michel, lundi 31 août 2020, 12:58

    On connaît le leitmotiv: C'est pas ma faute C'est l'autre Enfin, il faut bien qu'ils s'occupent

  • Posté par Casier Etienne, lundi 31 août 2020, 12:55

    Je me suis toujours demandé si madame Morreale avait mis un seul pied dans une seule maison de repos depuis le début de la crise COVID....Une réponse du Soir à cette question ???

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs