Accueil Opinions Chroniques

Bruxelles: «La densité, ce malentendu urbain»

La Région bruxelloise poursuit sa réflexion sur la densification de son territoire. Malgré le Covid. Avec une nouvelle méthode de coconstruction concrète.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 5 min

Dans le monde d’avant (le Covid), Bruxelles réfléchissait à se densifier. Surtout en deuxième couronne, la première étant déjà bien servie. Pour absorber l’accroissement démographique, sans favoriser l’étalement urbain. Pas simple parce que la densité n’a pas bonne réputation : synonyme de tours inhospitalières, antinomique de la qualité de vie en ville.

Dans le monde d’après (la pandémie), Bruxelles réfléchit à se densifier. Dans les quartiers, plutôt éloignés du centre, où cela fait sens. Dans une démarche durable. Difficile, parce que la ville au temps de la crise sanitaire n’a pas bonne presse. « On est passé de la mauvaise réputation à l’accusation. Le virus a libéré l’idée que la densité, c’est mal, alors que le problème se situait surtout au niveau des interactions sociales. Et puis, on la confond parfois aussi avec la suroccupation des logements, », résume Jérôme Baratier.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs