Accueil Société Enseignement

Sept semaines de cours, deux de congé: les lobbys de l’école veulent cette réforme des rythmes scolaires

Changer le rythme scolaire est plus respectueux de l’horloge biologique, assurent des experts. Syndicats, parents, Ligue des familles et Ligue des droits de l’enfant exigent la mise en œuvre d’une réforme écrite il y a 30 ans.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 5 min

De deux choses l’une : ou l’enseignement s’apprête à vivre une véritable révolution, ou, faute de moyens, de volonté politique ou de consensus social, ce rapport ira s’empoussiérer au rayon des illusions ». Le 20 septembre 1991, notre confrère Pierre Bouillon s’interrogeait dans Le Soir sur l’avenir que le gouvernement de la Communauté française réserverait aux conclusions de la commission chargée d’étudier la réforme des rythmes scolaires. Il s’agissait à l’époque d’organiser l’année autour « d’une alternance de périodes de sept ou huit semaines de cours et de temps de congé de quinze jours. On suggère ainsi deux semaines de congé à la Toussaint (fin octobre), deux autres à la Noël, des vacances d’hiver (fin février) et de printemps (fin avril). Les vacances d’été dureraient sept semaines (au lieu de neuf) et démarreraient le lundi qui suit le 1er juillet ». Il s’agissait aussi de revoir – sans trop y croire – le rythme de la journée.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

15 Commentaires

  • Posté par Debrabander Jean, mardi 1 septembre 2020, 14:10

    Le monstre du Loch Ness est de retour et c'est très bien. Parfaite illustration de l'incapacité de faire bouger les choses : lobby du tourisme, adeptes du "ça a toujours été bien comme cela" "pas de preuve scientifique" etc. Un simple constat suffit : tous les enseignants savent que l'année scolaire est mal équilibrée; on dit souvent qu'à Noël, on est déjà à la moitié de l'année; un demi-mois de vacances à Pâques, les congés de mai (1er mai, Ascension, Pentecôte), excursions scolaires, jours blancs etc. réduisent le troisième trimestre à une peau de chagrin. Mais même le vaste chantier du pacte d'excellence n'a pas réussi à imposer cette réforme salutaire. Toujours le manque de courage politique, le moins de vagues possible et je refilerai la patate chaude à mon successeur.

  • Posté par Galasse Jean-Noël, mardi 1 septembre 2020, 12:51

    Il faudra qu'on m'explique ce que ces deux semaines de congés décalées vont vraiment apporter... Les parents se sont plaints pendant le confinement qu'ils ne savaient pas faire garder leurs enfants, donc que vont-ils faire avec ces deux semaines supplémentaires à la toussaint et au carnaval ? Ces enfants n'ont pas assez de congés pour se refaire une santé, alors qu'ils ont 16 semaines de congé, par comparaison avec les 6 semaines de leurs parents, donc on est loin des rythmes effrenés comme le dit un commentaire ! Je rappelle aussi qu'une semaine de cours ne reprend que 28 périodes de 50 minutes, soit environ 23h, soit moins de 5h par jour en moyenne. Ils sont donc loin d'être surchargés. Arrêtons donc ces élucubrations svp !

  • Posté par Coulon Fabien, mardi 1 septembre 2020, 13:17

    Et vous les levez à quelle heure les petits pour que les parents puissent les déposer avant d'aller travailler? Un enfant apprend en jouant pas en travaillant. Mais ne remettons surtout pas la société ou l'enseignement en question, tout va tellement bien...

  • Posté par Leemans Maryline, mardi 1 septembre 2020, 11:43

    De quels lobbys parlez-vous?

  • Posté par Degive Albert, mardi 1 septembre 2020, 11:42

    By Jove,! Comment avons nous fait pour tenir, pauvres élèves des années 50 60 70, et en plus on maîtrisait le calcul et l'orthographe. Depuis qu'il y a des réformes toutes les lunes la qualité de l'enseignement nous sort des cancres de haute volée, et pas à cause de leur intelligence.

Plus de commentaires

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs