NBA: Miami piège Milwaukee, OKC pousse Houston à un 7e match (vidéos)

AFP
AFP

Ne pas toujours se fier aux entames de matches. Dès les premières minutes, le contre superbe de Giannis Antetokounmpo sur Butler, qui tentait le dunk à deux mains, s’apparentait à un message envoyé par le « Greek Freak », désigné la semaine passée meilleur défenseur de la saison. Et le score à l’issue du premier quart-temps (40-29) a témoigné de la supériorité des Bucks.

Elle n’a pas duré longtemps et c’est Butler qui a bien eu le dernier mot sur Giannis. L’ailier du Heat a pris chaud offensivement (15 points dans le dernier quart-temps) pour guider son équipe à une victoire méritée, en faisant preuve par ailleurs de solidité dans le money time, là où elle n’est pas toujours parvenue à tenir ses promesses cette saison.

« J’ai dit à mes gars que je ne passerai probablement pas la balle. J’ai rentré quelques shoots et ils m’ont dit ‘ça nous va’ », a souri le héros du soir. « J’ai élevé mon niveau de jeu au 4e quart. Si cela doit s’imposer à chaque match, il faudra que je le fasse. Mais on a tellement de gars capables de faire ça pour nous… »

Il a été très bien soutenu par Goran Dragic (27 pts, 5 passes), auteur d’une interception cruciale sur Antetokounmpo à 52 secondes du buzzer, et par le rookie Tyler Herro, auteur de paniers importants derrière l’arc (11 pts).

En face, Antetokounmpo n’a pas eu son apport offensif habituel, bien qu’ayant flirté avec le triple-double (18 pts, 10 rbds, 9 passes), car aucun centimètre ne lui a été concédé gratuitement par la défense floridienne. Surtout, il a fait preuve de maladresse aux lancers francs (4/12) qui explique aussi l’écart au score.

« Il faut qu’il continue à attaquer le panier, à aller sur la ligne de lancers francs. Il les rentrera, on a une totale confiance en lui », l’a encouragé son entraîneur Mike Budenholzer, qui a pu apprécier de voir son lieutenant Khris Middleton tenir la maison (28 pts) avec le pivot Brook Lopez (24 pts), certes en vain.

Le Thunder fait durer le suspense

Les Lakers devront attendre mercredi pour connaître leur rival en demi-finales à l’Ouest. Dans une fin de match étouffante, OKC est resté en vie dans cette série, en s’appuyant sur son duo Chris Paul/Danilo Gallinari et… sur les 40 dernières secondes affreuses de Russell Westbrook en face.

À 100 partout, ce dernier, pourtant esseulé, a d’abord envoyé un « air ball » (le ballon ne touche même pas le panneau, ni l’arceau, ni le bas du filet). Sur la possession suivante, à 12 secondes à jouer, après que Paul a réussi deux lancers francs, le meneur des Rockets a commis sa 7e perte de balle, une passe qui n’a trouvé personne. Sur quoi il a fait faute, pour offrir à Gallinari de boucler l’affaire, toujours aux lancers francs.

Jusqu’alors, il n’avait pas démérité (17 pts) pour son deuxième match après une blessure à une cuisse. Mais sans peser sur les événements, sinon aux dépens des siens et de James Harden (32 pts, 8 rbds, 7 passes) très complet.

En face, Paul a été un leader motivant sans cesse les siens à chaque occasion et déterminant, avec ses 28 points (7 rbds, 7 passes). Gallinari a lui aussi été important en maintenant son équipe dans la course avec d’importants paniers derrière l’arc (25 pts).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous