Accueil Société

Indépendants: des retards enregistrés dans le versement du droit-passerelle

Ces retards varient entre 0 et plus de 50 % des dossiers, selon les secrétariats sociaux. L’examen du respect des conditions d’octroi est plus rigoureux, alors que les effectifs étaient réduits.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

Le mois d’août est passé. Et comme sœur Anne, nombre d’indépendants n’ont rien vu venir sur leur compte en banque. Le droit-passerelle s’est désespérément fait attendre. Soit une allocation mensuelle de 1.614,10 euros pour les personnes ayant charge de famille et 1.291,69 euros pour les autres.

La mesure fait l’unanimité au sein des organisations représentatives des indépendants. Et pour cause ! Elle a permis à ceux-ci de traverser le confinement en limitant les dégâts économiques, alors que leur activité était à l’arrêt. A tel point que le gouvernement a prolongé la mesure. D’abord jusqu’en juin. Puis jusqu’en août. Et désormais jusque fin décembre pour le secteur événementiel (droit-passerelle classique) et fin octobre pour les secteurs encore impactés par les mesures sanitaires (droit-passerelle de soutien à la reprise).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Pire Bernard, mercredi 2 septembre 2020, 11:25

    Dès que l'Etat est partie prenante dans l'attribution d'un droit et surtout dans un paiement, on doit s'attendre à des difficultés... Administration inefficace, procédures d'un autre âge... L'informatisation aurait dû faciliter ce genre de tâches, ce n'est pas le cas. Sans compter que l'Etat n'a pas un sou. Combien d'entreprises tombées en faillite à cause de retards de paiement d'organes gouvernementaux depuis des décennies ? Je ne parle même pas d'engagements budgétaires pris par un gouvernement mal élu et qui sait que, de toute manière, il ne durera pas. Un article du Soir épinglait ces prometteurs de beaux jours qui engagent le budget de l'Etat mais certainement pas leur responsabilité... Par contre, en termes de raccolage électoral, ça paie bien !

  • Posté par de Krahe Jean-Luc, mercredi 2 septembre 2020, 7:26

    Droit passerelle, je dis merci.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs