Trump dément avoir souffert d’un mini-AVC: «Peut-être font-ils référence à un autre candidat, d’un autre parti!»

Trump dément avoir souffert d’un mini-AVC: «Peut-être font-ils référence à un autre candidat, d’un autre parti!»
AFP

Le président américain Donald Trump a balayé mardi les rumeurs selon lesquelles il aurait souffert en novembre dernier d’une série de « mini-AVC » qui l’auraient contraint à une hospitalisation.

La visite surprise du chef d’État septuagénaire à l’hôpital militaire de Walter Reed avait à l’époque provoqué des spéculations sur son état de santé, démenties par le médecin de la Maison Blanche.

Dans un livre publié mardi, un journaliste du New York Times assure que lors de cette visite médicale, le vice-président Mike Pence, premier dans l’ordre de succession du président, « se tenait prêt » au cas où Donald Trump avait « besoin d’être anesthésié pour une intervention ».

Ces révélations ont provoqué une série de rumeurs sur les réseaux sociaux concernant de supposés AVC dont le président aurait souffert, mais qui ne sont pas corroborées dans le livre du journaliste.

« Ça n’arrête jamais ! Ils essaient maintenant de dire que votre président favori a été à l’hôpital Walter Reed pour avoir souffert d’une série de mini-AVC », a dénoncé Donald Trump sur Twitter, assurant être victime de fausses nouvelles.

« Peut-être font-ils référence à un autre candidat, d’un autre parti ! », a aussi lancé le président, en allusion à son rival démocrate Joe Biden, lui aussi septuagénaire.

« Le livre ne dit rien sur des mini-AVC », a rétorqué Michael Schmidt, l’auteur de « Donald Trump v. The United States : Inside the Struggle to Stop a President ».

« Je peux confirmer que le président Trump n’a pas subi ni été examiné pour un accident vasculaire cérébral (AVC), accident ischémique transitoire (un mini-AVC), ou d’éventuelles urgences cardiovasculaires aiguës », a fait savoir le médecin du président, dans des propos transmis par la Maison Blanche.

Le docteur Sean Conley a jugé le président « en forme » et a dit s’« attendre à ce qu’il reste apte à exercer les fonctions de la présidence ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous