Accueil Culture Livres

«On devient des personnages de cette société de l’image»

L’« Arène », c’est Paris. Là où s’entrechoquent jeunes des cités, dealers, flics, mères de famille, migrants, prédicateurs médiatiques, activistes, politiciens, pontes d’industrie récréative. Le formidable roman choral de Négar Djavadi est mené à cent à l’heure, au rythme infernal de la ville.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 8 min

Négar Djavadi nous avait enchanté et ému avec Désorientale, son premier roman, qui a connu un grand succès avec son histoire d’une jeune Iranienne fuyant son pays pour atterrir à Paris. Mais la femme de cinéma, qui a d’ailleurs étudié à Bruxelles, la scénariste pourra-t-elle écrire autre chose qu’une histoire qui lui est proche ? La question amusait certains milieux qui avaient peut-être hâte de la voir trébucher dans l’arène littéraire. Arène, précisément, c’est le titre qu’elle donne, comme en clin d’œil, à son deuxième roman. Et c’est une réussite totale qui cloue magnifiquement le bec à tous ces gens qui l’attendaient au tournant.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs