Négociations fédérales: le CD&V n’exclut plus un gouvernement minoritaire côté flamand

Négociations fédérales: le CD&V n’exclut plus un gouvernement minoritaire côté flamand

Le CD&V est disposé à discuter avec les libéraux, les socialistes et les écologistes en vue de former un nouveau gouvernement fédéral, a laissé entendre mercredi soir le président des chrétiens-démocrates flamands Joachim Coens durant l’émission Terzake de la VRT. Le parti ne dit toutefois pas encore ’oui’ à une coalition Vivaldi.

« Il ne s’agit pas de Vivaldi, il s’agit d’Avanti », a déclaré Joachim Coens. « Ce pays doit aller de l’avant ! Les gens veulent des solutions. (…) Nous voulons un projet où nous pouvons réaliser nos priorités fondamentales. Le CD&V fait la synthèse entre le social, l’économique, l’éthique et le durable. »

La priorité au contenu

Le fait d’avoir une majorité dans le groupe linguistique néerlandophone à la Chambre ne constitue plus une condition pour entrer dans un gouvernement fédéral, estime Joachim Coens. Le président du CD&V a indiqué que la priorité allait au « contenu », rappelant au passage son opposition à la loi IVG telle qu’envisagée actuellement.

Le chargé de mission royale, l’Open Vld Egbert Lachaert, est attendu vendredi au Palais pour un nouveau rapport au Roi. Il a clairement fait savoir qu’il testait en priorité la formule de coalition dite « Vivaldi », rassemblant les libéraux, les socialistes, les écologistes et le CD&V.

L’actuel gouvernement minoritaire, dirigé par la MR Sophie Wilmès, est censé redemander la confiance de la Chambre d’ici le 17 septembre. La Première ministre a déjà annoncé qu’elle présenterait sa démission si celle-ci n’était pas renouvelée.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous