Accueil Belgique Politique

Négociations fédérales: le CD&V n’exclut plus un gouvernement minoritaire côté flamand

Joachim Coens était l’invité de l’émission « Terzake » à la VRT. Il est revenu sur les négociations fédérales et sur les possibles coalitions en vue de former un gouvernement.

Temps de lecture: 2 min

Le CD&V est disposé à discuter avec les libéraux, les socialistes et les écologistes en vue de former un nouveau gouvernement fédéral, a laissé entendre mercredi soir le président des chrétiens-démocrates flamands Joachim Coens durant l’émission Terzake de la VRT. Le parti ne dit toutefois pas encore ’oui’ à une coalition Vivaldi.

« Il ne s’agit pas de Vivaldi, il s’agit d’Avanti », a déclaré Joachim Coens. « Ce pays doit aller de l’avant ! Les gens veulent des solutions. (…) Nous voulons un projet où nous pouvons réaliser nos priorités fondamentales. Le CD&V fait la synthèse entre le social, l’économique, l’éthique et le durable. »

À lire aussi Est-ce trop demander au CD&V que de se décider?

La priorité au contenu

Le fait d’avoir une majorité dans le groupe linguistique néerlandophone à la Chambre ne constitue plus une condition pour entrer dans un gouvernement fédéral, estime Joachim Coens. Le président du CD&V a indiqué que la priorité allait au « contenu », rappelant au passage son opposition à la loi IVG telle qu’envisagée actuellement.

Le chargé de mission royale, l’Open Vld Egbert Lachaert, est attendu vendredi au Palais pour un nouveau rapport au Roi. Il a clairement fait savoir qu’il testait en priorité la formule de coalition dite « Vivaldi », rassemblant les libéraux, les socialistes, les écologistes et le CD&V.

À lire aussi Négociations fédérales: le CD&V pose ses conditions

L’actuel gouvernement minoritaire, dirigé par la MR Sophie Wilmès, est censé redemander la confiance de la Chambre d’ici le 17 septembre. La Première ministre a déjà annoncé qu’elle présenterait sa démission si celle-ci n’était pas renouvelée.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Biot Philippe, jeudi 3 septembre 2020, 14:04

    Le CD&V est un parti à plusieurs tendances. Avec lui (ou avec le CVP avant) on ne sait jamais sur quel pied danser. Le parti est imprévisible. Aujourd'hui, on voir réapparaitre, à côté de Joachim, le jeune candidat battu dans la lutte à la présidence. Le parti veut montrer que M. Coens parle au nom de tous. Par contre, Hilde Crevits est devenue muette. On n'entend plus les bourgmestres CD&V. Difficile de se faire une opinion...durable.

  • Posté par Guissard Jean-pierre, mercredi 2 septembre 2020, 23:24

    Il serait toutefois impératif de rappeler aux citoyens belges, surtout de la communauté flamande que la représentation parlementaire du PSC , le CVP francophone, est quasi nulle.

  • Posté par Trevisan Lucio, mercredi 2 septembre 2020, 22:40

    Avanti per le voti dixit vivaldi

  • Posté par Spilman Marie-Anne , mercredi 2 septembre 2020, 22:00

    En quoi un parti qui s'oppose à toute avancée démocratiquement votée sur les lois régissant l'avortement, peut-il se targuer de faire la synthèse entre le social, l’économique, l’éthique et le durable? La société belge n'a pas besoin de la vision séparatiste et rétrograde du CD&V. Constant Depièreux

  • Posté par Clodong André, mercredi 2 septembre 2020, 21:05

    Les partis politiques ne devraient pas organiser les élections. Le calendrier devrait être fixé sans que les partis ne soient partis prenantes.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une