Accueil Monde France

Après le deuil, le temps de la reconstruction

La Belle Equipe est la dernière des six terrasses parisiennes touchées à rouvrir après les attentats de novembre. Dans les quartiers endeuillés, le drame de Bruxelles a ravivé les plaies. Mais on veut croire à la reconstruction.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 5 min

« C’est un geste solidaire ». Accoudé au zinc de La Belle Equipe, rue Charonne, Laurent est venu y découvrir le lieu restauré. « Tout a été refait », admire cet artiste peintre qui habite juste à côté. Les murs de brique, la devanture bleue, la déco cosy et les canapés moelleux, rien ne rappelle le drame qui s’est joué le 13 novembre. Si ce n’est cette discrète peinture sur verre à l’entrée où l’on distingue à peine les prénoms des vingt victimes tombées ici sous les balles des tueurs ce vendredi noir. Lundi, Grégory, le propriétaire, croyait tourner la page. « Aujourd’hui, ce n’est pas n’importe quel jour, c’est le printemps », avait-il posté sur sa page Facebook en annonçant la réouverture du lieu, le dernier des six établissements touchés qui n’avait pas encore fait peau neuve après quatre mois. C’était quelques heures avant le nouveau cauchemar de Bruxelles. Depuis, le patron veut prendre du champ. Il dit sa compassion pour la Belgique. Puis s’excuse de n’avoir pas le cœur à parler. Surtout pas avant d’avoir écrit aux familles des décédés.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs